No Widgets found in the Sidebar


Cette critique fait partie de notre couverture du Festival du film de New York 2022.


Le pitch : Quelque chose ne va pas chez Maren (Taylor Russell) – lorsque nous la rencontrons pour la première fois, elle ressemble à une adolescente ordinaire essayant juste de terminer ses études secondaires et de s’intégrer à son nouvel environnement. Mais il ne faut pas longtemps avant qu’une soirée pyjama (et un annulaire arraché) ne la révèle pour qui elle est : une « mangeuse », quelqu’un qui a le besoin insatiable de consommer de la chair humaine.

Marre des déménagements incessants et de la pression de s’occuper d’une fille aussi dangereuse, son père (André Holland) l’abandonne un matin, ne laissant que son acte de naissance et une cassette retraçant son récit de leurs premières années ensemble. Le reste, comme il le raconte, dépend d’elle.

Ainsi commence son odyssée pour retrouver sa mère disparue depuis longtemps et comprendre sa nature, l’envoyant à travers les Grandes Plaines et le chemin des autres mangeurs. Certains sont des hommes d’État plus âgés (comme l’excentrique Sully de Mark Rylance) qui respectent des règles telles que “ne jamais manger un mangeur” ​​et tressent les cheveux de leurs victimes pour s’en souvenir.

Mais d’autres, comme Lee (Timothée Chamalet), débraillé et échevelé, se sentent comme des junkies – poussés à l’odeur de la chair neuve, incapables de résister à leurs pulsions. Bientôt, elle noue un lien idiosyncrasique avec Lee, les deux apprenant à vivre et à déjeuner ensemble alors qu’ils découvrent s’il y a autre chose dans l’existence que leur quête du prochain repas.

Cannibale moi par ton nom : De plusieurs façons, Os et tout ressemble à la fusion des deux modes majeurs de Luca Guadagnino en tant que cinéaste : il y a la romance somptueuse et mélancolique de Appelez-moi par votre nom (un film qui, ironiquement, met en vedette un acteur présumé de cannibalisme) mélangé à l’horreur sanglante de son 2018 Suspiria refaire. (David Kajganich, qui adapte le roman de Camille DeAngelis, a également écrit le scénario de ce film). l’amour et le meurtre.

Comparaisons avec Terres ingrates et Bonnie et Clyde abondent, et ils ne sont pas si loin, avec leur histoire d’amoureux contournant la moralité humaine et forgeant leur propre sens du paradis les uns avec les autres. Cela aide que le couple central soit perversement attrayant, le détachement cool et glamour de Russell (similaire à son travail stellaire dans Vagues) vibrant à côté de l’opportuniste déséquilibré de Chalamet.

Ils fuient tous les deux des passés horribles, s’appuyant l’un sur l’autre en cas de besoin, découvrant le monde et se découvrant ensemble un repas à la fois. Au fur et à mesure qu’ils passent plus de temps ensemble, ils servent de forces d’égalisation, comme toute bonne relation : Lee donne à Maren un sens du but, tandis que Maren donne à Lee l’espace nécessaire pour être vulnérable. C’est suffisant pour vous donner envie de voir ces deux enfants réussir, même si vous êtes terrifié par la prochaine conséquence qui pourrait vous guetter.

Bones & All Review Timothée Chalamet

Bones and All (MGM)



By 5int9