Pantera est un nom qui est passé dans le mythe et qui, pendant une bonne partie de 20 ans, a été tristement relégué au passé. À leur apogée, ils étaient considérés comme les sauveurs du métal dans une décennie où le genre avait été presque rendu un mot de quatre lettres par les médias musicaux, et leur style de signature qui est devenu connu sous le nom de groove metal est devenu un modèle qui se remplit de les groupes anciens et nouveaux adopteraient et créeraient le leur.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

On pourrait se risquer à dire qu’ils ont défini les années 90 autant que leurs rivaux sur la scène de Seattle, et malheureusement leur règne en tant que rois de facto de la nouvelle vague de heavy metal américain toucherait à sa fin peu de temps après la fin de ladite décennie. Les différences musicales et d’autres facteurs verraient ce quatuor emblématique se séparer pour d’autres projets, et le décès ultérieur et tragique du guitariste Dimebag Darrell Abbott et plus tard celui de son frère; coéquipier et batteur Vinnie Paul Abbott mettrait apparemment le Pantera nom pour se reposer pour de bon.

Maintenant, un peu plus de deux décennies jour pour jour, l’offre studio phare de ce mastodonte du métal en 1992 Étalage vulgaire de pouvoir premier succès dans les rayons des magasins, la première de plusieurs dates confirmées ressuscitant le Pantera nom dans un contexte live se produirait à Toluca, au Mexique, lors du Hell & Heaven Metal Fest le 2 décembre 2022.

Que l’on veuille le mettre sur le compte d’une réunion des deux membres survivants du groupe ou d’un hommage, le battage médiatique inévitable et le niveau d’attente élevé sont devenus palpables bien avant que les masses n’aient afflué vers le Foro Pegaso pour l’extravagance du festival de métal de trois jours. . Accompagné d’un ami de longue date et compagnon de route du groupe Zakk Wylde de Ozzy Osbourne et Société de l’étiquette noire renommée et Anthrax le batteur Charlie Benante pour remplacer les rôles laissés vacants par le cher défunt Abbott frères, cela semblait être un cas littéral d’alignement des étoiles, et avec lui la promesse d’un hommage fidèle à l’héritage considéré.

La présentation qui se déroulerait était celle qui répondrait efficacement à l’immense facteur de nostalgie qui accompagnait la performance elle-même. L’occasion serait lancée avec un montage poignant de séquences de tournée passées du groupe à son apogée intitulée “A Vulgar Legacy” sur les grooves percutants de la coupe originale en studio de “Regular People (Conceit)”.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Après un court extrait de “In Heaven (Lady In The Radiator Song)” de David Lynch & Alan R. Spletle carnage auditif a commencé par un coup de poing une-deux Étalage vulgaire de pouvoir respectivement dans “A New Level” et “Mouth For War”. Qu’il suffise de dire qu’ils semblaient extrêmement proches de l’original, à l’exception Wylde de Zakkle son de guitare plus profond et plus boueux et le style de solo différemment idiomatique, avec Benante faisant un travail particulièrement exemplaire en mimant Vinnie PaulLa signature de bat alors que les images des deux frères Abbott regardaient la foule depuis ses peaux de grosse caisse.

Cette incarnation particulière de Pantera était définitivement du genre à embrasser l’aspect théâtral de la salle qu’ils berçaient alors qu’ils parcouraient des sélections classiques de l’ensemble de leur catalogue de studio 1990-2000 avec un gigantesque fond rouge et une bannière avec leur logo couvrant la scène. Des clips vidéo supplémentaires seraient diffusés sur les grands écrans entourant la scène à des moments clés entre les chansons, y compris un déchirant sur l’enregistrement en studio de “Cemetery Gates” à environ les deux tiers du plateau.

Le début de l’âge était un non-facteur virtuel pour toutes les personnes impliquées, y compris le leader fatigué de la bataille lui-même Phil Anselmoqui a évoqué la chose la plus proche de sa voix bourrue emblématique des années 90 qu’il avait réalisée au fil des années avec des classiques de groove metal bestiaux tels que “Drag The Waters”, “I’m Broken”, “Cowboys From Hell” et même des coupes plus profondes comme “Yesterday Don’t Mean Shit” de leur dernier studio hourra Réinventer l’acier. Pourtant, son plus beau moment serait un discours sincère juste après les deux premières chansons du set à l’effet suivant : “Il y a un million de choses que je pourrais dire en ce moment, mais tout ce que je vais dire, c’est que chaque note que nous frappons, chaque paroles et chaque mélodie sont pour Vinnie et dix sous.”

En tant que l’une des têtes d’affiche d’un festival qui se vantait de Venin, Possédé, Berceau de la crasse, Ennemi juré et une flopée d’autres, il va sans dire qu’à quelque titre qu’on veuille le quantifier, Pantera étaient de retour en force. Il y avait à peine un seul morceau phare de leurs jours de gloire, que ce soit le chaos métal proto-groove vintage, tournant de la décennie, de coupes comme “Domination” et “Hollow” qui ont clôturé le set, aux hymnes modernes du mécontentement comme ” Fucking Hostile” et “Strength Beyond Strength”, qui étaient absents de la performance, et tous impliqués ont jeté chaque once de leurs êtres respectifs dans chaque note jouée.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Naturellement, ce ne serait plus jamais comme avant, même avec une paire de pros chevronnés avec sans doute un degré comparable de gravité musicale à apporter à la table, mais pour les masses qui avaient afflué sur la scène Heaven de 10h à 11h30. pm, il était aussi proche de l’original que nécessaire. Appelez cela présomptif, mais j’avais l’impression que quelque part là-bas que le Abbott les frères hochaient la tête en signe d’approbation, et ce n’était que la première sortie.

Vous voulez plus de métal ? Abonnez-vous à notre newsletter quotidienne

Entrez votre e-mail ci-dessous pour obtenir une mise à jour quotidienne avec tous nos titres.

By 5int9