Commençons par la chose la plus évidente pour les fans de hip-hop ou les observateurs occasionnels : Nas sortir son quatrième album en deux ans est une pure folie. C’est le gars qui a sorti “quatre albums en 10 ans” dans les années 90, six albums (dont un double LP) au cours des dix premières années du 21e siècle, et qui n’est apparu que deux fois dans les années 2010. Mais ces deux moments avaient du sens. Il semblait plus concentré sur des tours de victoire bien mérités, sur des investissements lucratifs et sur le fait de voir ses enfants passer d’une phase à l’autre de leur propre vie. Restait-il quelque chose à faire pour Nas ?

Puis il a rencontré Hit-Boy, et tout a changé.

années 2020 La maladie du roi ont annoncé triomphalement leur partenariat avec des échantillons de soul, des boucles de jazz et même une réunion de famille avec The Firm. 2021 Maladie du roi II amélioré la formule et prouvé que la première fois n’était pas un hasard. la magie illustré à quel point leur couple était prolifique. Depuis le vendredi 11 novembre, nous avons Maladie IIIleur collaboration la plus ciblée et la plus confiante. Maladie du roi III Michael Jordan tire-t-il un lancer franc les yeux fermés, juste parce que. À ce stade, il ne reste plus de défis pour le légendaire MC et son partenaire producteur dans le crime.

C’est la meilleure performance de rap de Nas depuis un certain temps, ce qui en dit long compte tenu des deux dernières années. Nas expérimente les flux, les rythmes et les cadences avec une confiance qu’il n’a pas vue depuis le dernier triplé des Chicago Bulls. Qu’il s’agisse du deuxième couplet sur “Ghetto Reporter”, du flux détendu à double temps sur “30”, du changement de vitesse sur “I’m on Fire” ou de la combinaison de rythmes sur plusieurs chansons chaque fois que Hit Boy change le rythme à mi-chemin, Nas est sur un.

Son flow n’a jamais manqué, mais il a rarement coloré en dehors des lignes prescrites par les fans, les critiques ou les producteurs. Il ne sonne plus comme un MC portant le poids de tout un projet sur ses épaules car, inévitablement, une partie de la production pourrait le laisser tomber. La présence de Hit Boy donne à Nas la confiance nécessaire pour se laisser aller en ce qui concerne le flux et le sujet.

“Thun” révèle que lui et JAY-Z plaisantent parfois à propos de leur boeuf (“Pas de boeuf ou de rivaux, ils jouent à ‘Ether’ sur TIDAL/ Les frères peuvent tout faire quand ils décident de/ Dans un Range Rover, disséquer les barres de ‘Takeover’/ Parfois, j’envoie un texto à Hova comme, ‘N ​​*** a, ce n’est pas fini,’ en riant »). Il s’attaque aux critiques qui le traitent d’hypocrite pour avoir fait des chansons comme celle-ci et “I Can”: “Parler d’unité pendant des années mais faire face à un examen minutieux / Il est bizarre, un jour Esco rappe ’bout shootin’ me/ Le lendemain, il dit: ‘ Et je peux , “Ça m’a déconcerté / Ne mouille pas ça, je te conseille de faire attention, je ne fais pas que rapper.”

Et puis il y a « Beef », une chanson où Esco rappe du point de vue du drame englobant qui met ami contre ami, bloc contre bloc ou pays contre pays. Bien qu’elle ne soit pas tout à fait au niveau de “I Gave You Power” – une barre très haute – la chanson agit comme une demi-suite. “I Gave You Power” examine les armes à feu comme un symptôme, tandis que “Beef” explore la maladie. Le joint devient ringard ou moralisateur entre de mauvaises mains. Mais l’expérience professionnelle de Nas combinée au rythme fluide de Hit Boy crée une écoute divertissante et réfléchie.



By 5int9