Ce qui est le plus attrayant chez Curtis, bien sûr, c’est qu’il est disponible. Un artiste travaille-t-il vraiment ? Pas de manière cohérente, et sans aucun élan, surtout s’il y a une femme dans les parages. Bien sûr, il est aussi un peu téméraire et sujet à la colère. Il fait la moue, il grimace. Il est—comment l’appellent-ils ?—le type silencieux fortce qui est très bien jusqu’à ce que vous ayez besoin qu’il dise quelque chose en cas de besoin.

II. Thomas Chambres

Un opposant, comme cet écrivain, pourrait présenter l’alternative : que Thomas Chambers, interprété par Fredric March, est le réel capture du film. Considérez: même le dramaturge le plus infructueux (et Chambers est très infructueux) fait beaucoup plus de travail qu’un peintre. Que fait un peintre ? Imaginez quelque chose et rendez-le physique, obscène et évident. Un dramaturge, au contraire, imagine tout un monde composé de personnages petits et grands. Il écoute la façon dont les gens parlent – ​​à lui et autour de lui – et le transpose dans un langage performé qui semble par ailleurs tout à fait nouveau.

Bien sûr, un écrivain vaut un centime, et il faut tenir compte de la taille dégingandée et des oreilles gluantes sur le côté du visage de March. S’ils sont mis côte à côte, comme ils le sont souvent dans Conception pour la vie, March est moins beau que Cooper. C’était vrai alors et c’est vrai maintenant que l’homme le plus beau, objectivement, est souvent l’homme le moins beau, subjectivement. Il est intéressant à regarder, ce qui ne sonnera jamais comme une insulte, mais pourquoi baiser avec quelque chose de moins qu’intéressant. Contrairement à son camarade tacheté de peinture, Chambers est non seulement intrigué par Gilda, mais prêt à tout laisser tomber à tout moment pour obtenir quelques secondes avec elle ici et là. Il est facilement distrait et volontairement détourné. Il est aussi un peu geignard, ce qui n’est pas un dealbreaker, mais ce n’est pas un dealfabricant, Soit. On cherche un petit ami, attention, pas un bébé.

III. Max Plunket

Ne sortez pas avec votre patron. Dans un de mes vieux journaux d’il y a près de dix ans, j’ai écrit un jour : “Pourquoi est-ce que toutes les personnes qui m’attirent contrôlent si je trouve ou non un emploi ?” Bien que Gilda soit beaucoup plus rapide que moi pour s’en rendre compte (quelques mois, soit environ 30 minutes du film), son patron de longue date, Max (Edward Everett Horton), qui se languit et la convoite bien plus qu’il ne le réalise , n’est pas la réponse. Pour faire court : mauvais appel.

IV. Ernst Lubitsch

D’accord, Gilda n’a pas vraiment à décider entre trois hommes et le réalisateur de l’adaptation cinématographique de la pièce dont elle est originaire, mais c’est tout à l’honneur de Lubitsch que cette prémisse soit si légère et sans prétention. Ce sont les heures crépusculaires de l’ère pré-code, lorsque le désespoir luxuriant à l’écran semble toujours sexy plutôt que pécheur. Lubitsch, un réalisateur d’origine allemande, était connu pour l’humanité habile dans tout son travail, ce qui peut être attribué en grande partie au fait qu’il faisait des films à l’époque pré-code bien plus longtemps qu’il ne l’a jamais été après.

By 5int9