Nous avons demandé à dix contributeurs de choisir trois films de 2022 qu’ils pensent que tout le monde devrait voir avant de faire leur top dix de l’année. Ce sont les choix de Simon Abrams.


Il est difficile de savoir comment parler, et encore moins recommander, des films négligés de l’année écoulée. Quelques-uns de ces films sont inconnus en raison d’un manque de publicité et/ou de distribution, même si honnêtement, après un certain point, votre supposition est aussi bonne que la mienne. Je dirais même que certains films ne devraient pas être décrits comme négligés, à moins d’inclure des titres qui ont été publiés et promus par des institutions culturelles connues et/ou respectées. Quelques-uns de ces films figurent encore d’une manière ou d’une autre sur ma liste de fin d’année, qui reste nécessairement un travail en cours.

En attendant, j’ai choisi trois films pour lesquels j’ai craqué, mais dont je n’ai pas encore beaucoup vu mes pairs parler. Ces trois films se regroupent bien, et pas seulement parce que deux d’entre eux présentent des scènes où le protagoniste principal pointe son index sur divers poids lourds et, d’une manière ou d’une autre, de “vraies” balles aèrent ses adversaires. C’est juste une coïncidence, ha ha.

Détective Vs. Détectives

La chose la plus surprenante à propos du thriller imprévisible de Hong Kong “Detective Vs. Sleuths » est qu’il a été un grand succès auprès du public chinois continental. Tout ce qui reste de l’industrie cinématographique de Hong Kong a, depuis des décennies, répondu aux goûts des continentaux, donc je ne pense pas que quiconque s’attendait à une aubaine au box-office de cette procédure maniaque, tout au sujet d’un policier de HK en disgrâce et mentalement instable qui vit sous un pont.

Lee Jun (Lau Ching Wan) a été licencié de la police royale de Hong Kong il y a 17 ans, lorsqu’il a violemment interrompu une conférence de presse et accusé ses collègues d’avoir arrêté les mauvais suspects dans deux enquêtes très médiatisées. Maintenant, un flash mob justicier tue des gens sur la base des théories sauvages (et non confirmées) de Jun, alors Jun doit les arrêter, avec l’aide de la sympathique et très enceinte flic Chan Yee (Charlene Choi).

L’enquête folle de Lee Jun suggère que les criminels et les tueurs en série favorables aux tabloïds du passé pré-transfert de Hong Kong étaient toujours les reflets symptomatiques d’une communauté financièrement instable et profondément névrosée de citadins réprimés. Ils ne pouvaient pas (et vraiment, ne peuvent toujours pas) parler de ce qu’ils avaient en tête, car les autorités chinoises continentales et de Hong Kong désapprouvent ce genre de choses, de sorte que les boucs émissaires et les théories du complot sont devenus un mécanisme d’adaptation contagieux. Ce cycle de fabulisme torturé et égocentrique ne se termine pas avec l’histoire de Lee Jun. Si quoi que ce soit, l’image finale du film, de Lee Jun regardant son reflet déformé, suggère qu’il n’y a pas de fin en vue pour ce genre de contre-récit d’anti-héros hyper, alambiqué et finalement irrésistible.

Un homme intègre

Le drame tragique de l’écrivain et réalisateur iranien Mohammad Rasoulof semble encore plus dévastateur cinq ans après sa première projection au Festival de Cannes. (J’ai vu et écrit à ce sujet pour la première fois en 2017.) Dans la vraie vie, Rasoulof a été arrêté plus tôt cette année pour avoir dénoncé la violence policière sur les réseaux sociaux. Et dans “A Man of Integrity”, Rasoulof poursuit Reza (Reza Akhlaghirad), un éleveur de poissons rouges aux principes désespérés qui refuse de laisser son voisin Abbas (Misagh Zare Zeinab) – et les intérêts corporatifs qu’Abbas représente – l’intimider pour qu’il vende sa terre .

“Un homme intègre” est une sorte de fable sur la corruption institutionnellement structurée et protégée qui empêche quelqu’un comme Reza d’agir selon ses principes. Une main lave vigoureusement l’autre, laissant Reza et sa femme Hadis (Soudabeh Beizaee) à la merci d’autoritaires égoïstes et de bureaucrates vénaux.

Rasoulof s’efforce de montrer que Reza n’est ni ignorant ni à l’abri des répercussions immédiates et constantes de ses actes. Et tandis que “A Man of Integrity” peut manquer les touches surréalistes qui ont défini certaines des anti-fables antérieures de Rasoulof, comme “Iron Island” et “The White Meadows”, l’histoire de Reza a la simplicité obstinée d’une histoire au coucher, bien qu’elle ne le soit pas. ‘t avoir un début ou une fin clair. Avec des performances et des caractérisations exceptionnellement bien réalisées, et de superbes compositions grand angle mesurées par le directeur de la photographie et désormais collaborateur régulier Ashkan Ashkani, “A Man of Integrity” reste l’un des drames les plus étourdissants et viscéralement bouleversants de Rasoulof à ce jour.

Trop cool pour tuer

Ce remake chinois continental de la comédie japonaise de 2008 “The Magic Hour” correspond non seulement, mais surpasse parfois son charmant prédécesseur. Les deux films suivent un extra enthousiaste qui est amené à se faire passer pour un assassin légendaire par une paire d’arnaqueurs. Les arnaqueurs essaient, dans les deux films, d’apaiser leur chef de la mafia paranoïaque, qui est convaincu qu’il est la prochaine cible de l’assassin. Mais dans “Too Cool to Kill”, le gangster est également un producteur de films nommé Harvey (Chen Minghao), et les deux arnaqueurs sont Mi Le (Huang Cailun), un réalisateur peu sûr de lui, et sa sœur/star blasée, Mi Lan ( Ma Li).

Wei Xiang joue le rôle de Wei Chenggong, un amateur engagé qui imagine que tout défi à son ego est vraiment une opportunité créative. La performance posée et profondément idiote de Wei rappelle les comédies de style Chaplin / Lewis de Stephen Chow, en particulier le jalon de Chow en 1999 «King of Comedy».

J’ai eu la chance de voir “Too Cool to Kill” lors de sa sortie en salles plus tôt cette année; une récente rewatch a confirmé la réponse de mon public restreint mais enthousiaste – ce n’est pas juste un autre remake brillant.

“Too Cool to Kill” semble exister dans son propre univers artificiel autosuffisant. Les costumes des acteurs les font ressembler à des personnages d’une pièce de Broadway ; les ensembles semblent avoir été construits et non trouvés ; et la caméra et l’éclairage sont juste assez artificiels pour attirer l’attention sur eux-mêmes. “Too Cool to Kill” ressemble à un film qui annonce principalement à quel point il est beau, pas seulement un hommage conscient à (soupir) la magie des films.

By 5int9