No Widgets found in the Sidebar


Il y a d’autres films que j’aurais pu choisir. J’ai adoré “The Bad Guys” pour sa sophistication de dry-martini, son formidable talent vocal et son animation imaginative. J’ai peut-être essayé de me faufiler dans la série “Somebody Somewhere”, simplement parce que, comme l’a dit Dolly Parton dans “Steel Magnolias”, “rire à pleines larmes est mon émotion préférée”. L’honnêteté et la vulnérabilité de Bridget Everett nous ont offert l’une des meilleures performances de cette année ou de toute autre année. Pour une raison quelconque, les spécialistes du cinéma examineront pendant des décennies, 2022 était l’année du méta-film, lorsque tout le monde semblait superposer les scénarios avec des citations aériennes. “Everything Everywhere All at Once” est à juste titre reconnu comme le meilleur, et Nicolas Cage et Pedro Pascal étaient rigolos dans “The Unbearable Weight of Massive Talent”, mais je dois dire aussi dans cette catégorie “Chip and Dale: Rescue Rangers” était exceptionnellement pointu et drôle. Des accessoires aux écrivains Dan Gregor et Doug Mand pour leur esprit sournois et leurs véritables aperçus de l’humain ainsi que des conditions de tamia et de dessin animé, et des accessoires supplémentaires à Disney pour leur avoir permis de prendre des risques audacieux avec certains de leurs personnages emblématiques.

Ce fut aussi une année de films autobiographiques exceptionnels, et il n’est pas surprenant que deux d’entre eux figurent sur ma liste. Ce sont les films que j’ai choisis.

“Ciel du Liban”

Chloé Mazlo a réalisé et, avec Yacine Badday, écrit ce drame romantique magnifiquement filmé, basé sur l’histoire de ses parents. Alice (jouée par Alba Rohrwacher, et peut-être du nom de la fille qui a visité le pays des merveilles) est une jeune femme suédoise qui se rend au Liban pour devenir nounou. Elle rencontre un spécialiste des fusées nommé Joseph (Wajdi Mouawad) et ils tombent profondément amoureux. Les visuels poignants, délicats et exceptionnellement imaginatifs de Mazlo donnent au film une qualité de conte de fées, comme si nous entendions Alice et Joseph raconter leur histoire à leur fille plusieurs années plus tard. Il y a quelques années heureuses et Alice se rapproche de la famille de Joseph. Mais la guerre civile éclate. Alice et Joseph essaient de garder leur petit monde sûr et séparé, mais les membres de la famille viennent vivre avec eux et le monde périlleux imprègne leurs vies. Alice aime sa maison mais pense qu’il est temps de partir. Joseph aime son travail et veut rester. C’est une tendre lettre d’amour de Mazlo à ses parents, et l’un de mes films préférés de l’année.

“La Légende de Molly Johnson”

La nouvelle de 1892 d’Henry Lawson La femme du bouvier est un texte australien de base, l’histoire d’une femme courageuse et résiliente vivant dans une cabane rurale isolée dans l’arrière-pays de la fin du 19e siècle. La scénariste / réalisatrice Leah Purcell a maintenant remixé l’histoire, donnant à son personnage central un nom, une histoire et une vie intérieure. Molly Johnson, interprétée par la réalisatrice elle-même, s’inspire de l’histoire de sa propre famille. Il est particulièrement impressionnant que Purcell, qui a déjà raconté cette histoire sous forme de roman et de pièce de théâtre, ait voulu abandonner la narration basée sur les mots pour que le film s’appuie si efficacement sur les visuels pour communiquer ses émotions et ses détails. Comme John Ford et Howard Hawks, elle comprend le pouvoir du paysage dans la définition des défis des individus aux prises avec un environnement difficile, physique et culturel. Et comme tous les meilleurs cinéastes, elle comprend comment un gros plan sur le visage d’un acteur peut nous en dire plus qu’une page de dialogue.

By 5int9