No Widgets found in the Sidebar


Conroy a également eu l’occasion d’incarner le sauveur de Gotham sur grand écran lors de la sortie de “Batman : Mask of the Phantasm” en 1993. Propulsé par le succès immédiat de la série animée et initialement prévu pour la vidéo personnelle, Warner Bros. grand écran tout en le sous-commercialisant. Les résultats au box-office ont été décevants, mais de nombreux critiques et fans le considèrent comme l’un des meilleurs films de Batman. Roger Ebert et Gene Siskel ont fait l’éloge du film lors de sa sortie vidéo à domicile.

“Batman: Mask of the Phantasm” est le véhicule parfait pour la remarquable dualité de Conroy dans la série. Ce n’est pas seulement son Batman qui se démarque, avec l’équilibre idéal entre gravité et grondement, mais sa performance de Bruce Wayne. Typiquement joué comme un playboy stupide pour détourner l’attention de son alter ego, Conroy l’a présenté non seulement comme un playboy avec un sens de l’humour, mais aussi comme quelqu’un avec une conscience. La performance correspondait à l’écriture de la série, Bruce utilisant ses privilèges considérables pour aider les autres et aider les enquêtes de Batman en catimini. L’une des meilleures scènes de Conroy est dans “Mask of the Phantasm”, où il supplie sur la tombe de ses parents de lui permettre de passer à autre chose, mais il se parle à lui-même et aux ombres qu’il habite dans sa croisade vengeresse. Le moment va droit au cœur de qui est Batman, et la performance de Conroy est aussi puissante qu’elle vient.

Alors que Conroy avait un vaste public en tant que Batman, beaucoup semblaient toujours ignorer sa sexualité, ayant grandi en cachant sa vie d’homosexuel. Bien que son identité soit connue de certains lorsqu’il jouait dans les théâtres de New York, il s’est senti ostracisé lorsqu’il a sauté dans le domaine le plus important de la télévision en direct. Conroy ne pouvait pas être lui-même, du moins jusqu’à l’arrivée de Batman. Il est finalement sorti publiquement au New York Times en 2016, mais Conroy a révélé sa véritable histoire dans “Finding Batman”, une histoire qu’il a écrite pour l’édition 2022 de la bande dessinée d’anthologie de DC Fierté.

“Finding Batman” a raconté comment Conroy a trouvé sa voix pour le personnage, déclarant: “Je me suis souvent émerveillé de la pertinence de décrocher ce rôle. En tant que garçon gay grandissant dans les années 1950 et 1960 dans une famille ferventement catholique, J’étais devenu habile à dissimuler des parties de moi-même. À mettre des aspects de moi-même dans une boîte séparée et à l’enfermer. Conroy a également expliqué l’inspiration de l’état d’esprit d’un homme face à la mort de ses proches. Il vivait déjà avec depuis des années, grâce au sida.

By 5int9