Le drame danois de Katrine Brocks, “The Great Silence”, met en vedette Kristine Kujath Thorp en tant que novice sur le point de prononcer ses vœux lorsqu’une apparition soudaine de son frère alcoolique dévoile un secret enfoui depuis longtemps qui l’envoie dans un voyage de pardon. J’étais membre du jury du Festival international du film de Chicago de cette année, où nous avons voté à l’unanimité pour décerner à cette image le très convoité prix Roger Ebert dans le cadre de la compétition des nouveaux réalisateurs (à égalité avec la coproduction suisse-allemande de Michael Koch, “A Piece of Sky”).

L’un des fils conducteurs les plus intenses du film est la manière minutieuse dont la cinéaste montre la dichotomie entre la vie intérieure turbulente du noviciat et le calme apparent à sa surface alors qu’elle interagit régulièrement avec les autres religieuses. L’apparence de son frère est aussi inquiétante que le temps orageux qui s’infiltre partout, causant des ravages au couvent. (Il y a un moment où vous pensez que cela pourrait devenir une histoire d’horreur, mais ce n’est pas le cas – à moins que vous ne comptabilisiez l’horreur de l’âme.) Ce n’est que lorsqu’elle accepte sa propre culpabilité et qu’elle a vraiment des remords qu’elle peut trouver le fil à Dieu qui a manqué à sa vie. Le film est bien fait pour une réalisatrice pour la première fois et vous pouvez voir qu’elle a soigneusement étudié son sujet.

5. LE DOCUMENTAIRE QUI NOUS A DONNÉ ENVIE DE CHANTER ALLÉLUJA : « ALLÉLUJA : LEONARD COHEN, UN VOYAGE, UNE CHANSON »

Le documentaire émouvant de Daniel Geller et Dayna Goldfine, “Hallelujah: Leonard Cohen, A Journey, A Song”, plonge dans l’héritage de son auteur-compositeur-interprète Leonard Cohen, dont l’hymne de renommée internationale, “Hallelujah”, sert de prisme à travers lequel sa vie est exploré. Les documentaires peuvent être tout aussi exaltants sur grand écran que les longs métrages narratifs, et ce film ne fait pas exception. Brian Tallerico, notre rédacteur en chef de Rogerebert.com, a écrit dans sa dépêche Telluride : “Certes, je suis un énorme Fan de Cohen, donc mon point de vue sur ce projet pourrait être un peu biaisé, mais je l’ai trouvé éclairant dans la façon dont il sort Cohen de l’ombre de l’écriture de chansons de sa propre création et détaille non seulement son processus, mais ses liens avec le monde de la musique.”

“Hallelujah” est l’une des chansons les plus reconnues à travers le monde et ce film explique pourquoi ses paroles sont à la fois religieuses et profanes. Et aussi pourquoi il touche quelque chose de profond en nous lorsqu’il est chanté en commun.

6. LE DOCUMENTAIRE QUI RETIRE LE RECORD SUR UNE LÉGENDE MUSICALE : “LOUIS ARMSTRONG’S BLACK & BLUES”

Sacha Jenkins nous offre ce documentaire éclairant sur le musicien légendaire surnommé “le père fondateur du jazz”, Louis Armstrong, qui a immortalisé des classiques tels que “What a Wonderful World” et “Hello, Dolly!” Jenkins jette un regard empathique derrière le portrait de l’homme qui était connu à la fois pour sa trompette et son sourire, mais qui a parfois été décrié comme quelqu’un qui n’a pas toujours été “un honneur pour sa race”. Ce documentaire aborde enfin cette apparente dualité, et s’en débarrasse étonnamment.

By 5int9