No Widgets found in the Sidebar


La troisième saison de “Documentary Now!” s’est terminé en mars 2019, bien avant la pandémie, et il a semblé pendant un moment que ce pourrait être le dernier. En février de cette année, IFC a annoncé que le gang se réunissait pour une quatrième sortie, et celle-ci comprend des apparitions d’Alexander Skarsgard, Cate Blanchett, Nicholas Braun et Jamie Demetriou. Si vous n’êtes pas familier, le concept de “Documentary Now!” c’est qu’il s’agit d’une série télévisée fictive qui rediffuse des documentaires célèbres, animée par Helen Mirren, aujourd’hui dans sa 53rd saison. Chaque épisode parodie un documentaire ou un type de documentaire spécifique avec un langage visuel, une structure et une distribution complètement différents, bien que Fred Armisen apparaisse souvent dans plusieurs épisodes. Les points forts des saisons précédentes incluent la parodie de “Grey Gardens” “Sandy Passage”, la parodie de “The War Room” “The Bunker” et l’incroyable “Original Cast Album: Co-Op”, une parodie du doc ​​de DA Pennebaker sur l’enregistrement de la Compagnie album de distribution.

Pour la quatrième saison, les créateurs de “Documentary Now!” abordez certaines des plus grandes voix du cinéma de non-fiction, en commençant par un riff sur “Burden of Dreams” de Les Blank, un film fantastique sur la production tumultueuse de “Fitzcarraldo” de Werner Herzog. Un épisode en deux parties intitulé “Soldiers of Illusions” présente Skarsgard en tant que remplaçant de Herzog, essayant de filmer un documentaire sur une tribu d’indigènes tout en réalisant en même temps une sitcom multi-caméras appelée “Bachelor Nanny”. Oui, il y a un remplaçant de Klaus Kinski. “My Monkey Grifter” riffs sur le récent lauréat d’un Oscar à propos de l’homme et de sa pieuvre et donne à la star de “The Afterparty” Demetriou une plate-forme fantastique. C’est l’un des épisodes les plus drôles de la saison. Un autre joyau qui fait rire aux éclats se présente sous la forme de “Two Hairdressers in Bagglyport”, qui remodèle les documents de l’industrie de la mode comme “The September Issue”, mais se déroule dans un salon de coiffure indescriptible.

Deux choses élèvent vraiment “Documentary Now!” – une écriture intelligente et un fandom indéniable. Ces épisodes ne fonctionneraient pas si les scénaristes se moquaient d’Herzog ou de Varda. Il y a de l’amour dans la parodie de leur art, en particulier avec Varda, qui joue autant comme une lettre d’amour à une légende que comme une comédie. On dirait que Varda elle-même l’aurait adoré. Une grande parodie nécessite une compréhension approfondie du sujet parodié, et cette riche base de connaissances et cette passion pour la réalisation de films non romanesques sont ce qui fait de “Documentary Now!” tellement bon. C’est tellement merveilleux de le retrouver.

Toute la saison projetée pour examen. Premières le 19 octobree sur IFC.

By 5int9