Rupert Grint joue dans « Catherine Hardwicke »Rêves dans la maison de la sorcière», en tant qu’homme des années 1930 qui cherche à se connecter avec sa sœur jumelle Epperley des années après sa mort. Malgré l’intrigue de son casting (y compris Nia Vardalos et DJ Qualls), cette histoire visuellement terne de chagrin et d’espaces hantés n’a que son punch pour la garder intéressante – elle change constamment et essaie de faire monter les enchères. Mais celui-ci est également coupable d’être le plus simple, ses idées sur le déni du chagrin étant plus mémorables parce que le rat n’est pas un rat ordinaire.

Faisant son prochain projet tant attendu après “Mandy”, Panos Cosmatos transforme “Cabinet of Curiosities” en sa propre boîte à jouets indubitable de fixations; son court “Le visionnement» est plein des ingrédients qui ont fait de lui un fascinant conteur d’horreur de science-fiction, même avec « Mandy » et « Beyond the Black Rainbow » à son nom. Mettant en vedette Charlyne Yi, Eric Andre et Peter Weller, le court métrage se mêle de la même narration austère et atmosphérique du travail précédent de Cosmatos, se concentrant sur des échanges étranges accompagnés d’une riche partition de synthétiseur (avec l’aimable autorisation de Daniel Lopatin). Le flou du court métrage peut le faire traîner, mais sa durée est longue avant que l’on se demande ce qui va réellement se passer. De plus, Cosmatos crée un effet hypnotique en filmant sur film, recueillant une lumière jaune douce et des ombres lourdes sur le visage de Weller, tout en offrant un répit à la netteté numérique engourdissante dont d’autres tranches du «Cabinet de curiosités» peuvent souffrir.

Le dernier épisode, du moins pour cette “saison” de “Cabinet de curiosités”, dépeint un couple marié qui partage un amour pour l’étude des oiseaux bécasseaux variables, mais qui s’est séparé après une tragédie dont ils ne peuvent pas parler. Ce fardeau émotionnel est une grande partie de la combustion lente dans “The Murmuring” que la réalisatrice Jennifer Kent actualise comme une histoire gothique avec des costumes saturés et des plans larges paisibles des deux étudiant les mystérieuses actions de groupe des oiseaux. Basé sur une nouvelle de Del Toro (avec Kent adaptant le téléplay), le court métrage va au cœur avec ses scènes d’un mariage tendu, qui sont plus frappantes que les battements et les bosses d’horreur dans la nuit sur lesquels Kent s’appuie finalement.

By 5int9