Regarder ce film juste un jour après avoir passé près de cinq heures à regarder le film de 2000 de Jonas Mekas “Alors que j’avançais occasionnellement, j’ai vu de brefs aperçus de la beauté” a créé un contraste intéressant. Les deux films exploitent les films amateurs pour leur beauté et leur intimité. Cependant, là où Mekas laisse largement les images parler d’elles-mêmes, le film d’Ernaux s’appuie fortement sur sa narration écrite. Ernaux ne se contente pas de décrire chaque image, comme dans ses romans, elle ajoute une couche d’autoréflexion qui ne peut venir que de loin. Là où Mekas concentre délibérément ses films sur des moments de bonheur, Ernaux insiste pour briser le charme jeté par les images, décrivant la douleur sous les surfaces idylliques.

Les deux films parlent de la nature des artistes qui les ont réalisés. Mais s’il est admirable qu’Ernaux apporte la même honnêteté brute de son écriture, l’expérience d’une narration aussi lourde sape souvent le documentaire dans son ensemble, faisant de ce qui aurait pu être cinématographiquement transcendant, un simple exercice intellectuel.

Une grande partie de l’imagerie de “The Super 8 Years” a été tournée par Phillipe plutôt que par Ernaux ou David, dont la vie à cette époque est l’objet de son regard, qui devient un élément clé de la narration d’Ernaux. Pour David, ce projet lui permet de revisiter son enfance avec le regard – et le reflet – d’un adulte, tandis que pour Ernaux, elle peut apporter de l’agencement et de la profondeur à ses images d’elle-même. Au cours de ces années, les études et les métiers de Philippe l’ont amené à Annecy, où Ernaux a travaillé comme enseignant, cachant à la fois son désir fou d’écrire et son écriture réelle à tous les membres de la cellule familiale.

En tant que gauchistes intellectuels et non conformistes dans une France post-mai 1968, Ernaux et son mari visaient à donner à leurs enfants une vie remplie de plus d’aventures et de prise de conscience que leur propre enfance ne leur en avait offert. Capturé avec la vie de famille quotidienne, les Noëls et les anniversaires, il y a des images de voyages en famille, y compris un séjour bourgeois dans une station balnéaire au Maroc, un voyage au Chili soviétique avant un coup d’État soutenu par les États-Unis, l’Albanie stalinienne-maoïste, l’Angleterre pré-Thatcher , et même Moscou soviétique. À chaque voyage, Ernaux décrit à la fois leurs intentions du moment, mais aussi les contextes historiques et culturels qu’elle n’a peut-être compris que longtemps après la fin de leurs visites. Le contexte et les réflexions sont intéressants mais virent parfois vers une prétention uniquement enracinée dans le libéralisme blanc bien intentionné.

By 5int9