No Widgets found in the Sidebar


Le pitch : Il y a des milliers d’années, dans le royaume fictif du Moyen-Orient de Kahndaq, un roi maléfique a asservi son peuple à la mine pour un minerai précieux. Un jeune garçon s’est levé pour défier le roi, et sa bravoure a été remarquée par certains sorciers capables d’accorder des pouvoirs impressionnants au cœur pur. (Une bonne idée pour une origine de super-héros – cela semble définitivement familier.) Les histoires sur ce qui est arrivé au garçon une fois qu’il a pu exploiter ces pouvoirs et vaincre le roi sont vagues, mais le héros qui en résulte, connu sous le nom de Teth Adam (Dwayne Johnson), était pas entendu parler de nouveau.

Jusqu’à nos jours, c’est-à-dire une époque où Kahndaq est largement sous le contrôle de mercenaires extérieurs qui essaient également d’exploiter pour le unobtanium vibranium adamantium éternium là-bas. Malgré leur contrôle strict, les mercenaires n’arrivent pas à retrouver Adrianna (Sarah Shahi), une combattante de la résistance / professeur d’université dont la connaissance des reliques lui permet d’invoquer Teth Adam de son état dormant – juste à temps pour la protéger elle et son fils , Amon (Bodhi Sabongui), et peut-être sauver Kahndaq lui-même.

Le hic, c’est que Teth Adam n’est pas la seule personne super puissante – et bien qu’il n’ait aucun intérêt à être un héros, il y a quelques vrais bons gars qui ont un problème avec sa tactique. Sans oublier qu’après la découverte de la couronne du roi maléfique (faite d’éternium), une toute nouvelle menace se profile…

Toutes les capes ne sont pas portées par des héros : C’est une période curieuse pour DC Comics au cinéma, en grande partie en raison de l’absence d’une stratégie d’entreprise / créative solide qui unifierait les multiples projets en cours en une seule franchise interconnectée. Mais malgré cela, Adam noir se penche fortement à sa place dans le cadre d’une histoire plus vaste, ne cachant pas les liens du personnage avec Shazam et se terminant finalement par une allumette de plus d’action à venir.

Il serait facile mais fastidieux d’énumérer les façons dont Adam noir suit les modèles bien établis d’adaptations de bandes dessinées aujourd’hui, alors reconnaissons plutôt ce qui le rend différent. Black Adam (un nom qu’il ne revendique pas tout de suite, mais appelons-le ainsi pour des raisons de simplicité) rejette l’idée d’être un héros – c’est un point sur lequel le film est très, très sans subtilité. Son apparition dans les temps modernes provoque Escouade suicide la fidèle Amanda Waller (Viola Davis, téléphonant techniquement dans son rôle via des écrans de visualisation, mais néanmoins aussi dure à cuire que jamais) pour enrôler de «vrais» héros pour le garder sous contrôle.

Entrez dans la société de justice (ne pas à confondre avec la Justice League, natch), représenté ici par le dur à cuire ailé Carter Hall/Hawkman (Aldis Hodge), le super-génie éolien Maxine Hunkel/Cyclone (Quintessa Swindell), capable de s’embrouiller lui-même Al Rothstein/ Atom Smasher (Noah Centineo) et le voyant Kent Nelson/Doctor Fate (Pierce Brosnan). Il y a une exposition de force contondante nécessaire pour mettre en place tous leurs différents pouvoirs (sans parler de vagues allusions à la trame de fond), mais la chimie de l’équipe ad hoc se gélifie assez bien, Hodge se révélant avoir un véritable courage de leadership, tandis que Centineo offre beaucoup de maladroit, charme maladroit.

Critique d'Adam noir Dwayne Johnson

Adam noir (Warner Bros.)



By 5int9