Le pitch : Il y a plusieurs années, les partenaires créatifs/romantiques allemands Jantje Friese et Baran bo Odar ont fait leur marque avec la série de science-fiction/thriller de Netflix Sombre. Centré sur “Un enfant disparu [who] met quatre familles dans une recherche effrénée de réponses alors qu’elles découvrent un mystère hallucinant qui s’étend sur trois générations », il a été fortement salué par les critiques et le public. Ainsi, l’attente d’environ deux ans et demi pour voir ce que le duo ferait ensuite a été difficile, c’est un euphémisme.

Cela nous amène à leur deuxième émission au titre succinct mais énigmatique pour le service de streaming, 1899. Cette fois, « les immigrants multinationaux voyageant du vieux continent vers le nouveau rencontrent une énigme cauchemardesque à bord d’un deuxième navire à la dérive en pleine mer ». En cours de route, diverses vérités et connexions sont découvertes sur les histoires et les motivations des personnages principaux, ce qui se traduit par une piste presque ininterrompue de fil d’Ariane narratif captivant, d’accompagnements musicaux obsédants et de visuels magnifiques.

En même temps, cependant, 1899 ne peut s’empêcher de se sentir un peu répétitif, interminable et sans originalité au cours de ses six premiers épisodes (c’est ce qui a été projeté pour les critiques). Bien que des détails spécifiques ne soient pas abordés ici (pour des raisons évidentes), il suffit de dire que certains points de l’intrigue et interactions auraient pu se produire plus tôt, être accomplis de manière plus concise et significative et/ou être réitérés moins fréquemment.

Toutefois, 1899 est un voyage habilement conçu qui gagne sa place aux côtés Sombreet cimente en outre Friese et Odar comme l’un des couples créatifs les plus forts de la télévision moderne.

Navigation fluide : Honnêtement, la plus grande force de 1899 est son look, car il est universellement pittoresque. Des aperçus aériens tourbillonnants des navires clés naviguant le long de la mer sinistrement abandonnée aux représentations époustouflantes de personnes debout sur des arrière-plans vifs (ponts supérieurs, salles de banquet, etc.), il y a une portée méticuleusement élégante et grandiose à presque toutes les scènes.

De même – et sans jeu de mots – la série utilise habilement les contrastes entre les éléments clairs et sombres. Par exemple, un épisode ultérieur voit des éclairs menaçants éclairer des lieux autrement non éclairés, ainsi qu’un superbe cliché de l’un des principaux acteurs (Tove, interprété par Clara Rosager) silhouetté par la lampe de poche de quelqu’un d’autre alors qu’elle est assise seule dans un noir absolu. couloir. Ces juxtapositions, ainsi que l’utilisation consommée des ombres par Friese et Odar, donnent au programme une ambiance toujours étrange.

1899 Revue Netflix

1899 (Netflix)



By 5int9