Terrain: Des secrets de la guerre froide enfouis depuis longtemps émergent et menacent de semer le carnage dans les rues de Londres. Lorsqu’une liaison avec des méchants russes prend une tournure fatale, nos malheureux héros doivent surmonter leurs échecs individuels et élever leur jeu d’espionnage dans une course pour éviter un incident catastrophique.

Examen: L’espionnage est un concept tellement génial qui a été pris en compte dans d’innombrables films et séries au fil des ans. Les espions et les agents secrets créent une narration passionnante qui ne manque jamais d’intensité ou d’un puits profond de matériel pour créer des histoires divertissantes. Pourtant, quand on pense aux espions à l’écran, la première pensée est à James Bond, Jason Bourne et Ethan Hunt. La première saison de Slow Horses a présenté une vision très différente des espions avec une approche plus réaliste mais pleine d’humour noir. Dirigé par Gary Oldman dans le rôle de l’irascible Jackson Lamb, Chevaux lents est de retour pour une deuxième saison qui supprime les introductions requises lors d’une première saison et plonge directement dans une histoire complexe d’agents dormants, de vestiges de la guerre froide et d’un bon travail de détective. Mieux que jamais, Chevaux lents continue de plaider en tant que l’un des espions les plus intrigants depuis très longtemps.

Tourné dos à dos avec la première saison, Chevaux lents revient avec le travail continu des agents rejetés du MI-5 affectés à Slough House, dirigés par leur patron acariâtre Jackson Lamb (Gary Oldman). La plupart des mêmes agents de la première saison sont de retour à l’exception notable de Sid Baker (Olivia Cooke). Lamb supervise toujours les agents rejetés qui sont envoyés à son poste en guise de punition lorsqu’ils sous-performent considérablement. Alors que la plupart des agents de Slough House sont meilleurs que leur réputation ne le laisse croire, cette saison permet à nombre d’entre eux de briller dans leurs domaines d’expertise. River Cartwright (Jack Lowden), affecté après qu’une débâcle publique ait embarrassé l’agence, continue de chercher un moyen de restaurer sa réputation et de rentrer dans les bonnes grâces de la directrice adjointe Diana Taverner (Kristin Scott Thomas).

Cette saison, basée sur le deuxième roman de Mick Herron Chiens lents série Lions morts, s’ouvre sur un homme plus âgé qui suit quelqu’un qu’il reconnaît dans les rues et les bus de Londres. Lorsque l’homme meurt, Jackson Lamb enquête personnellement lorsqu’il se rend compte qu’il partage un lien avec le défunt. Il devient rapidement évident que les agents dormants liés à l’ex-Union soviétique pourraient être plus qu’une simple histoire. River, après avoir appris que son grand-père (Jonathan Pryce) connaissait également l’homme mort, se rend sur le terrain pour essayer de comprendre pourquoi ces mystérieux agents apparaissent soudainement des décennies plus tard. Dans le même temps, les agents de Slough House Louisa Guy (Rosalind Eleazar) et Min Harper (Dustin Demri-Burns) sont réquisitionnés par James “Spider” Webb (Freddie Fox) pour une mission sans rapport qui pourrait être liée à l’enquête de Lamb et Cartwright.

Comme la première saison, ce deuxième arc d’histoire est réparti sur six épisodes. En adaptant l’intégralité d’un même roman en une seule saison, Chevaux lents garde chaque épisode enseigné et cohérent avec le récit divisé entre plusieurs personnages. L’accent principal est mis sur River Cartwright et Jackson Lamb qui sont de loin les personnages les plus intéressants, mais il y a beaucoup de temps passé avec les joueurs de soutien cette saison. Alors que Roddy (Christopher Chung) passe pas mal de temps face aux nouvelles recrues de Slough House, Shirley Dander (Aimee-Ffion Edwards) et Marcus Longridge (Kadiff Kirwan), c’est le couple Min et Louisa qui attire le plus l’attention. Nous obtenons également beaucoup de développement pour Catherine Standish (Saskia Reeves) dont l’histoire avec Lamb continue de se dérouler pièce par pièce au cours de la saison. Pourtant, le point culminant de cette série reste Gary Oldman qui rend Lamb sympathique en raison de son caractère peu aimable. Qu’il s’agisse de cracher une insulte brillante ou de manger de la manière la plus dégoûtante possible, Oldman imprègne Lamb d’un ensemble particulier de compétences qui font de lui un espion et un détective vraiment talentueux sous une couche extérieure bourrue.

Le créateur de la série Will Smith (non, pas le slapper) partage les tâches de script cette saison avec Morwenna Banks, Mark Denton et Jonny Stockwood, qui ont tous également travaillé sur la première série. Chaque écrivain prend deux épisodes qui gardent le ton et le style cohérents avec la première série et donnent à cette saison le flux distinct d’une histoire autonome qui s’appuie sur ce qui l’a précédé. Oui, cette saison est une continuation de la première mais cela ressemble à une vraie suite plutôt qu’à un deuxième chapitre. Jeremy Lovering s’occupe de la réalisation des six épisodes et fait de cette saison un thriller propulsif avec des pièces mobiles que le public doit suivre pour essayer de comprendre ce qui se passe. Chevaux lents ressemble à un film prolongé cette fois-ci encore plus que dans la première série parce que Lovering nous plonge directement dans l’histoire sans aucune accumulation et maintient la tension au maximum pour les six épisodes d’une heure.

Avec deux saisons supplémentaires déjà éclairées par Apple, l’histoire de Jackson Lamb et Slough House aura au moins une paire de mystères ultérieurs à résoudre. Avec de nouveaux personnages introduits et la distribution existante plus à faire, cette série a tellement de potentiel pour devenir l’une des meilleures séries d’espionnage de tous les temps. Gary Oldman a déclaré qu’une fois Chevaux lents termine sa course, il peut s’éloigner du jeu d’acteur et je ne peux pas penser à un meilleur rôle avec lequel signer. Il s’agit d’une série résolument britannique qui ne se sent jamais étrangère ou difficile à suivre et qui garde les choses intéressantes à chaque étape. Il y a des éléments d’une comédie en milieu de travail, un drame d’espionnage et suffisamment d’action pour rassasier même le spectateur le plus blasé. Chevaux lents est un ajout solide à la bibliothèque grandissante de programmes de marque d’Apple et j’ai apprécié cette saison encore plus que la première.

Saison deux de Chevaux lents premières sur 2 décembre sur AppleTV+.

8

By 5int9