Hackney Empire est prêt à refaire Noël avec une excellente Mother Goose. Tous les regards sont tournés vers la grande dame Clive Rowe en tant que grande MG elle-même et directrice de cette année. Ce soir, nous sommes à « Hackneywood », la ville où les stars des médias sociaux sont créées, les likes sont donnés et les publications sont partagées. Fairy Fame (Gemma Wardle) parie un dernier pari contre Demon Queen (Rebecca Parker) qu’elle ne peut pas corrompre la dernière résidente non vaine et insipide de Hackneywood, Mother Goose. Si notre méchant gagne, tout Hackneywood sera transformé en zombies des médias sociaux et banni à Dalston (quelles horreurs !!). Ceci…

Évaluation



Excellent

Joyeux anniversaire Hackney Empire ! 120 n’a jamais été aussi beau, avec un panto éblouissant pour couronner l’année.

Empire de Hackney sont prêts à refaire Noël, avec un top Mère poule. Tous les yeux sont tournés vers la grande dame Clive Rowe en tant que grande MG elle-même et directrice de cette année. Ce soir, nous sommes à « Hackneywood », la ville où les stars des médias sociaux sont créées, les likes sont donnés et les publications sont partagées. Renommée des fées (Gemma Wardle) parie un dernier pari contre Demon Queen (Rebecca Parker) qu’elle ne peut pas corrompre la dernière résidente non vaine et insipide de Hackneywood, Mother Goose. Si notre méchant gagne, tout Hackneywood sera transformé en zombies des médias sociaux et banni à Dalston (quelles horreurs !!).

C’est un tarif panto assez solide; il y a des bons et des méchants, «c’est derrière vous» et beaucoup de brume et de pyro pour démarrer, qui se combinent bien pour deux heures et demie de plaisir idiot. C’est bien de voir un ensemble solide et des acteurs de soutien aussi. Jack (Opé Sowande) et Julie (Houx Maillet) sont un accompagnement vivant dans une histoire où tous les regards sont rivés sur l’oie. Chacun a ses propres blagues et sa place dans l’histoire, dans le scénario légèrement modifié, tordu et mis à jour de Will Brenton.

Le Hackney Empire a réuni cette année une équipe fantastique dans le département de la vue et du son. Nous regardons une magnifique prise d’ancien et de nouveau alors que Hackneywood est vu dans un magnifique trompe-l’œil fish-eye, éclairé avec une excellente clarté et précision par David W. Kidd. Nous avons le droit de croiser des reprises panto générationnelles de « What Becomes of the Broken Hearted » à « Levitating » de Dua Lipa, mais les vrais joyaux sont les chansons originales de Steven Édis. Taper du pied, siffler jusqu’à la maison est garanti avec la charmante finale de l’acte II “We Have Reached Our Happy End”, prête pour une reprise l’année prochaine, j’espère.

Le Rowestopper lui-même est fabuleuse de manière fiable et est traité avec des robes fantastiques du designer Cléo Pettitt. Il a une sacrée paire de poumons sur lui et, soutenu par un groupe enjoué sous la direction de René Shaw, a amplement l’occasion de faire tomber la maison. La plus grande dame du jeu, l’a brisé avec un top notch Mère poule.


Écrit par : Will Brenton
Réalisé par : Clive Rowe
Musique de : Steven Edis
Conception des costumes par : Cleo Pettitt
Direction musicale par : Renell Shaw
Conception d’éclairage par : David W Kidd

Mother Goose joue au Hackney Empire jusqu’au 31 décembre 2022. Plus d’informations et réservations ici.



By 5int9