Le roi gobelin de David Bowie du film Labyrinth est totalement emblématique, célèbre pour son ricanement, son pantalon bombé et, bien sûr, ce mulet. Maintenant, dans l’espace convenablement atmosphérique qu’est The Vaults, il est authentiquement reproduit dans le fantastique mélange de comédie de Sleeping Trees, Peter Pan’s Labyrinth. Eh bien, quand je dis authentiquement, il est joué par une drag queen. Et le renflement est un peu plus grand. Certes, la drag queen est le fabuleusement sexy Dan Wye, qui fait Bowie mieux que Bowie lui-même. Le roi gobelin s’ennuie, à la recherche de quelqu’un dont il peut gâcher la vie. Entrez fée…

Évaluation



Excellent

Un labyrinthe et surréaliste. Cette réinvention d’aventures emblématiques vous fera mourir de rire.

Le roi gobelin de David Bowie du film Labyrinthe est totalement emblématique, célèbre pour son ricanement, son pantalon bombé et, bien sûr, ce mulet. Maintenant, dans l’espace convenablement atmosphérique qui est Les Voûtesil est authentiquement reproduit dans Arbres endormis‘ fantastique comédie mash up, Le labyrinthe de Peter Pan. Eh bien, quand je dis authentiquement, il est joué par une drag queen. Et le renflement est un peu plus grand. Certes, la drag queen est fabuleusement sexy Dan Wyequi fait mieux Bowie que Bowie lui-même.

Le roi gobelin s’ennuie, à la recherche de quelqu’un dont il peut gâcher la vie. Entrez dans la légende des contes de fées, Peter Pan. Nous suivons Pierre (James Dunnell-Smith), maintenant rendu vieux et hors de forme par David Bowie, à travers le labyrinthe alors qu’il cherche à empêcher Tinkerbell d’épouser son rival, le capitaine Crochet. En route, nous rencontrons toutes les figures familières que nous connaissons et aimons du film de Jim Henson/George Lucas (plus un peu de Le Labyrinthe de Pan jeté comme une distraction). Bien qu’ils soient peut-être représentés légèrement différemment de la façon dont vous pourriez vous en souvenir… Josué Smith et Jean Woodburn sont incroyables comme à peu près TOUS les autres personnages – parfois humains, parfois marionnettes, mais toujours hilarants.

Comment quelque chose d’aussi low-tech peut-il être aussi sophistiqué ? Des yeux écarquillés aux sacs de couchage, les accessoires sont de la merde, mais la performance dans son ensemble est délicieusement formée et rend l’ordinaire totalement extraordinaire. Les jeux de mots, les jeux de mots et les références culturelles donnent une profondeur incroyable, élevant ce qui, à première vue, semble être un non-sens superficiel en un magnifique triomphe de comédie qui est totalement sur la marque de Sleeping Trees.

C’est une combinaison intelligente d’histoires classiques, brillamment exécutées avec un timing comique parfait par un ensemble très talentueux. Et ils s’amusent clairement beaucoup. Vous ne pouvez pas vous empêcher de participer. L’engagement du public est simple mais totalement agréable, impliquant entre autres des raisins, des lasagnes et des churros.

Le spectacle est effronté, surréaliste, extravagant et ridicule, mais en même temps chaleureusement référentiel des matériaux sources. Comme un labyrinthe, même sa forme prend de multiples chemins, défiant toute définition : c’est tellement de choses, y compris des éléments de merveilleux théâtre physique, de cabaret, de drag, de panto et de marionnettes. Le récit est également remarquablement complexe et entrelacé; sans vergogne absurde et bizarre, mais oh si drôle. Le public est constamment surpris, les personnages et les idées réapparaissant ou revenant sur eux-mêmes avec un grand effet comique. Et la stupidité de tout cela vous amène vraiment à vous engager émotionnellement avec les personnages de manière inattendue : qui aurait pensé que vous vous sentiriez désolé pour une toilette chantante ?

Maëva NoirLa scénographie fabuleuse de fait un usage incroyable du lieu de cave distinctif. À partir d’une zone de cabaret compacte, il dirige progressivement l’attention du public vers l’extérieur, explorant avec les personnages leur aventure, jusqu’à finalement mettre en scène des entrées incroyablement extravagantes pour le roi gobelin. Il est plein de poches cachées d’excitation, avec des fonctionnalités déguisées révélées et des rabats s’ouvrant pour introduire de nouveaux personnages. Même l’espace bar se double d’une passerelle. De plus, un éclairage impressionnant de Clancy Flynn donne une valeur épique à des accessoires et des personnages manifestement non exceptionnels, tandis que Ben Hales‘ l’incroyable bande-son nous fait tous danser sur les plus grands succès de Bowie.

Il s’agit d’une production hilarante et (avec les cocktails à thème !) pour une excellente soirée de divertissement. Si vous n’avez droit qu’à une seule soirée humoristique ce Noël, assurez-vous Le labyrinthe de Peter Pan est le spectacle que vous voyez. Cela vous fera mourir de rire !


Écrit par Sleeping Trees
Dramaturgie de Shenoah Allen
Scénographie par Maeve Black
Conception de l’éclairage par Clancy Flynn
Conception sonore par Ben Hales
Produit par Alice Carter & The Vaults

Peter Pan’s Labyrinth joue à The Vaults jusqu’au 7 janvier. De plus amples informations et réservations peuvent être trouvées ici.



By 5int9