No Widgets found in the Sidebar



Ici, on passe rapidement des rires aux soupirs alors que nous regardons une famille se disputer avec ses propres émotions, aux prises avec l’amour et la perte. Une incapacité à articuler leurs pensées et leurs sentiments les uns aux autres de manière significative signifie qu’ils s’installent sur les limites de ce qu’est la dynamique familiale; mouvementé, cruel, impitoyable. Et pourtant, d’une manière ou d’une autre, ils parviennent à s’accrocher à leurs souvenirs d’amour. Cette pièce nous donne un sens du visible et de l’invisible, où les mots et les souvenirs flottent dans l’air. Les souvenirs réels et évoqués servent à créer une vérité dans le temps. C’est de la mémoire et…

Évaluation



Excellent

Une pièce captivante et émouvante avec des performances exceptionnelles, le premier travail de Clive Judd explore habilement l’effort requis pour simplement coexister.

Ici passe rapidement des rires aux soupirs alors que nous regardons une famille se disputer avec ses propres émotions, aux prises avec l’amour et la perte. Une incapacité à articuler leurs pensées et leurs sentiments les uns aux autres de manière significative signifie qu’ils s’installent sur les limites de ce qu’est la dynamique familiale; mouvementé, cruel, impitoyable. Et pourtant, d’une manière ou d’une autre, ils parviennent à s’accrocher à leurs souvenirs d’amour.

Cette pièce nous donne un sens du visible et de l’invisible, où les mots et les souvenirs flottent dans l’air. Les souvenirs réels et évoqués servent à créer une vérité dans le temps. C’est la mémoire et le passage du temps que l’écrivain Clive Judd explore si bien. Avec un style de dialogue qui semble passer de Gavin et Stacey à Pinter avec une aisance amusante, Judd explore l’effort de coexistence qui, parfois, est tout simplement trop grand. L’existence est ici à la loupe : qui reste et qui part ? Qui est ici ou pas ici ? – et si tu n’es pas là, où es-tu ? Certains personnages sont dans un vide émotionnel, certains enracinés sur place, incapables de voir un moyen de passer à autre chose. Certains sentent qu’ici et là-bas sont intimement liés, liés par des souvenirs, des anecdotes et des artefacts; mais tous sont hantés par quelque chose de leur passé.

Le coffret en cage, recouvert de gaze et conçu par Jasmin Swann, est une brillante métaphore visuelle de l’ici et de l’ailleurs. Nous voyons cette famille à travers une brume; pas entièrement défini, pas entièrement tangible mais néanmoins là. C’est comme si nous avions quitté leur vie et regardions à l’intérieur. Et eux, à leur tour, bien sûr, sentent notre présence ; certains espèrent qu’il y a quelque chose ailleurs, d’autres n’y croient pas. Judd a parsemé son scénario d’indices suggérant l’autre côté; la froideur constante dans la maison, le sentiment de ceux qui sont partis depuis longtemps, le discours sur le chagrin et le désir de réconciliation, une odeur ou une photo – un sens des choses passées et pourtant toujours là. Le dialogue peut être tendre, superficiel et désinvolte, mais il est toujours extrêmement touchant et empathique pour ceux qui s’accrochent.

Ici est habilement dirigée par George Turvey, et vous ne vous sentez jamais exclu de l’exploration émotionnelle de la pièce tant elle est physiquement fluide. Cette équipe créative, incluant le concepteur sonore Asaf Zohara et éclairagiste Béthanie Gupwell. créer magnifiquement des atmosphères changeantes, qui sont parfois drôles et ensoleillées mais effrayantes et légèrement effrayantes à d’autres

Les performances sont excellentes, avec une représentation naturelle et stimulante de Hannah Millward d’une fille confuse et en conflit sur l’identité sexuelle, l’amour et l’approbation. Elle livre ces émotions refoulées non seulement dans les affrontements mère-fille, mais aussi avec le cousin éloigné, Matt (Sam Baker Jones), qui affiche une gamme d’émotions convaincantes et émouvantes. Il rend effectivement un idiot apparemment intéressant et se connecte vraiment avec l’autre côté dans cette performance puissante et sincère. Papa est joué par Marc Frost, dont l’accouchement douloureux nous dit quelque chose de chagrin, de perte et d’amour; tout transcendant le temps et l’espace. C’est un homme de foi qui espère et, à sa manière, il offre la perspective la plus profonde en sachant que certaines choses sont trop difficiles à connaître ou à comprendre. Il peut être considéré comme petit par sa femme, mais nous voyons tellement plus. Cependant, c’est à Monica, la femme, que tous les applaudissements doivent aller. Lucie Benjamin donne une performance remarquable en tant que femme accrochée au passé et au présent tout en étant défiée par l’avenir: “Pourquoi continuons-nous à nous manquer, pourquoi continuons-nous à nous croiser…?”

Il s’agit d’une pièce captivante et émouvante qui traite intelligemment des idées de mémoire, des liens visibles et invisibles et des difficultés d’articuler les sentiments. C’est une montre très agréable avec de splendides performances, et elle est fortement recommandée.


Écrit par : Clive Judd
Réalisé par : George Turvey
Scénographie et costumes par : Jasmine Swan
Conception de l’éclairage par : Bethany Gupwell
Compositeur et Sound Design par : Asaf Zohar
Programmeur et Prod LX par : Matt Carnazza
Produit par: Papatango Theatre Company

Here joue au Southwark Playhouse jusqu’au 3 décembre. De plus amples informations et réservations peuvent être trouvées ici.



By 5int9