No Widgets found in the Sidebar



En tant que grand fan de comédies musicales, il y a un vrai mélange d’excitation et d’appréhension lorsqu’on se dirige vers un nouveau spectacle. Deviendra-t-il un nouveau favori, faisant son chemin dans ma rotation régulière de bandes sonores musicales ? Vais-je réserver des visites répétées à l’avenir ? Ou va-t-il décevoir? Je me suis dirigé vers The Other Palace pour savoir comment Glory Ride fonctionnerait. La production a eu sa première mondiale sous forme de concert mis en scène le lundi 14 novembre. C’est un honneur d’être à une première, et le sentiment d’anticipation dans la salle était palpable. Un mélange de…

Évaluation



Bien

Une nouvelle comédie musicale qui déborde de potentiel, avec la base d’une histoire vraie vraiment remarquable pour alimenter son avenir.

En tant que grand fan de comédies musicales, il y a un vrai mélange d’excitation et d’appréhension lorsqu’on se dirige vers un nouveau spectacle. Deviendra-t-il un nouveau favori, faisant son chemin dans ma rotation régulière de bandes sonores musicales ? Vais-je réserver des visites répétées à l’avenir ? Ou va-t-il décevoir? je me suis dirigé vers L’autre palais pour savoir comment Tour de gloire ça marcherait.

La production a eu sa première mondiale sous forme de concert mis en scène le lundi 14 novembre. C’est un honneur d’être à une première, et le sentiment d’anticipation dans la salle était palpable. Un mélange de critiques, de supporters et d’amateurs de musique entassés dans les sièges impressionnants de la salle : il n’y a pas de mauvaise place dans ce merveilleux théâtre.

La comédie musicale est basée sur l’histoire vraie d’un héros de la Seconde Guerre mondiale, Gino Bartali, qui a remporté le Tour de France en 1938 et 1948. Pourtant, sa plus grande réussite a été gardée secrète tout au long de sa vie. Cette comédie musicale raconte comment il a défié les fascistes, sauvant la vie de centaines d’enfants avec l’aide de son chef d’entreprise et du cardinal de Toscane.

L’histoire elle-même est vraiment fascinante, et c’est le genre de spectacle qui donne envie d’en savoir plus. Cependant, le rythme de la comédie musicale semble avoir besoin d’un peu plus de travail – une tragédie au début manque un coup de poing émotionnel. On pourrait en dire autant de la relation amoureuse de Gino avec Adriana. Il est difficile de former une connexion émotionnelle ; les points de l’intrigue semblent passés sous silence alors que le spectacle essaie d’intégrer tous les détails de l’histoire. Malgré cela, la fin a toujours un pouvoir émotionnel, car vous réalisez l’ampleur de l’héroïsme de Gino.

On pourrait dire la même chose de la musique et des paroles de Tour de gloire. Il y a des moments fantastiques et à mesure que le spectacle touche à sa fin, la musique devient beaucoup plus forte. Cependant, la première moitié traîne un peu, les chansons ne faisant pas assez pour faire avancer l’intrigue. Il y a des airs mémorables – l’un tournait autour de ma tête alors que j’attendais le train de retour – mais dans le contexte de la concurrence d’autres productions, la musique n’a pas réussi à se démarquer.

Il n’y a pas beaucoup de mise en scène à proprement parler, il s’agit d’un concert, mais il y a des lueurs de potentiel qui suggèrent ce que ce spectacle pourrait devenir là où il s’est transformé en une production complète. En particulier, la façon dont ils présentent pour la première fois Gino en tant que cycliste remportant des courses et atteignant la renommée et la gloire en tant qu’athlète.

Les acteurs sont pour la plupart spectaculaires, comme on peut s’y attendre d’après leurs références dans le West End. James Darch se distingue comme Gino, jouant le rôle avec charme et aisance, et il est un plaisir à regarder, malgré son accent très anglais. Alors Adrianna Bertola est tout à fait crédible comme son petit frère Giulio. Le rôle du comptable de Gino est joué à merveille par Matt Blaker, conquérir immédiatement le public. Les rôles les plus sinistres des chemises noires sont vraiment intimidants, avec Neil McDermott être terrifiant parfois. Malgré la qualité du casting, il y a des questions sur leurs accents, avec un mélange de personnages aux accents entièrement italiens, tandis que d’autres sonnent comme s’ils racontaient une actualité Pathé des années 1940.

Ce spectacle a tellement de potentiel, et il sera intéressant de voir où il va ensuite. Il est facile de l’imaginer comme une production complète, donnant une voix à cette histoire fascinante dont Gino lui-même n’a jamais parlé ; il est décédé en 2000 sans jamais révéler son secret. C’est une histoire qui mérite d’être racontée, et Tour de gloire a certainement le potentiel de lui rendre justice.


Livres, musique et paroles de : Victoria Buchholz et Todd Buchholz
Réalisé par : Shaun Kerrison
Direction musicale par : Greg Jarrett
Produit par : Dickson Cossar

Glory Ride joue à The Other Palace jusqu’au 16 novembre. De plus amples informations et réservations peuvent être trouvées ici.



By 5int9