“The Big 4” s’ouvre sur l’une de ses meilleures scènes alors que Tjahjanto nous rappelle son passé d’horreur en déposant les téléspectateurs dans un orphelinat utilisé pour prélever des organes pour les riches. Il s’avère que les héros de ce conte sont déjà sous couverture dans cet établissement grotesque, et ils détruisent tous ses employés d’une manière de plus en plus grotesque. La balle d’un tireur d’élite ne se contente pas de faire tomber un ennemi dans un film de Tjahjanto, elle lui explose la moitié de la tête.

Au cours de la séquence, on rencontre le quatuor d’assassins justiciers qui donnent son titre au film : le chef Topan (Abimana Aryasatya), l’intense Alpha (Lutesha), le tireur d’élite Jenggo (Arie Kriting) et le plus jeune Pelor (Kristo Immanuel). Ces anges ont un Charlie à Petrus (Budi Ros), qui décide qu’il est temps de se retirer de l’équipe alors que sa fille Dina (l’excellent Putri Marino) se retire de l’académie de police. Il est difficile de diriger un groupe de personnes qui opèrent en dehors de la loi lorsque votre progéniture est maintenant la loi. Mais Petrus ne peut pas profiter de sa retraite et est assassiné dans ce qui est essentiellement le prologue du film, envoyant ses quatre assassins sur une île éloignée. Trois ans plus tard, Dina les retrouve, tout comme l’assassin de son père (Martino Lio), qui dispose désormais de toute une équipe pour accomplir sa volonté vengeresse.

“The Big 4” est à son meilleur quand il est le plus ridicule, qu’il s’agisse de la confrontation d’ouverture saisissante ou d’une merveilleuse scène ultérieure dans laquelle Topan doit éloigner une paire de méchants derrière une porte sans révéler la violence à Dina. Lio se penche sur son rôle de méchant avec une pilosité faciale fantastique, un nombre idiot de couteaux gainés sur son corps et un sens de la mode qui semble construit autour de son grognement. La plupart des gens qui regardent “The Big 4” seront attirés par son action caricaturale, mais le casting est solide de haut en bas, en particulier Lio, Marino et Aryasatya.

J’avoue que je me soucie de moins en moins de l’intrigue de “The Big 4”, ce qui rend un peu trop sa durée de 141 minutes. Mais tout est pardonné quand il décolle enfin, ce qu’il fait avec suffisamment de rythme pour vous faire passer du prologue intense à la folle demi-heure finale, pendant laquelle Tjahjanto sort le grand jeu. Il espère que ce sera le début d’une franchise. Il est difficile d’imaginer comment la suite pourrait devenir plus grande, mais je parie qu’il trouvera un moyen.

Sur Netflix maintenant.

By 5int9