Mais l’accumulation de ce qui se passe réellement dans ce restaurant incroyablement cher sur l’île isolée de Hawthorne est plus intrigante que le gain réel. Les performances restent piquantes, les plaisanteries délicieusement accrocheuses. Et “The Menu” est toujours exquis d’un point de vue technique. Mais vous pourriez avoir un peu faim après la fin de ce repas.

Un mélange éclectique de personnes monte à bord d’un ferry pour un voyage rapide vers leur destination historique. Les dîners raffinés à plusieurs plats du chef Slowik sont légendaires et exorbitants, à 1 250 $ par personne. « Quoi, on mange une Rolex ? » Margot (Anya Taylor-Joy), moins qu’impressionnée, plaisante avec son rendez-vous, Tyler (Nicholas Hoult), alors qu’ils attendent l’arrivée du bateau. Il se considère comme un connaisseur culinaire et rêve de cette soirée depuis des lustres ; c’est une cynique qui est de la partie. Ils sont magnifiques et vont bien ensemble, mais il y a plus dans cette relation qu’il n’y paraît au départ. Les deux acteurs ont un don pour ce genre de badinage rat-a-tat, Hoult étant particulièrement habile à jouer le fou arrogant, comme nous l’avons vu dans “The Great” de Hulu. Et le toujours brillant Taylor-Joy, en tant que conduit, apporte un mélange fringant de scepticisme et de sex-appeal.

Sont également à bord un acteur autrefois populaire (John Leguizamo) et son assistante assiégée (Aimee Carrero); trois techniciens odieux et titrés (Rob Yang, Arturo Castro et Mark St. Cyr); un vieil homme riche et sa femme (Reed Birney et Judith Light); et une critique gastronomique prestigieuse (Janet McTeer) avec son éditeur obséquieux (Paul Adelstein). Mais quel que soit leur statut, ils paient tous de la déférence pour la star de la nuit : l’homme dont les créations astucieuses et inspirées les ont amenés là. Ralph Fiennes joue le chef Slowik avec une combinaison désarmante de calme zen et de contrôle obsessionnel. Il commence chaque plat par un claquement de mains tonitruant, que Mylod intensifie habilement pour nous mettre sur les nerfs, et ses fidèles cuisiniers derrière lui répondent à l’unisson à chacune de ses demandes avec un fougueux “Oui, Chef!” comme s’il était leur sergent instructeur. Et les descriptions des plats à l’écran de plus en plus amusantes fournissent des commentaires amusants sur l’évolution de la nuit dans son ensemble.

Parmi ces personnages, Birney et Light sont les moins développés. C’est particulièrement frustrant d’avoir une interprète du calibre de Light et de la voir languir avec terriblement peu à faire. Elle est littéralement “la femme”. Il n’y a rien pour elle au-delà de son instinct de se tenir consciencieusement aux côtés de son homme, quelles que soient les révélations troublantes de la soirée. À l’inverse, Hong Chau est la MVP du film en tant que bras droit du chef Slowik, Elsa. Elle propose aux invités avec rapidité et efficacité le fonctionnement de l’île avant de flâner entre leurs tables, de répondre à tous leurs besoins et de les juger tranquillement. Elle dit des choses comme : « N’hésitez pas à observer nos cuisiniers pendant qu’ils innovent » avec une autorité totale et sans ironie, ajoutant grandement à l’air raréfié du restaurant.

By 5int9