Je sais que beaucoup d’Américains à l’époque partageaient ma rage et ma frustration. C’était aux nouvelles pratiquement tous les jours. Des reportages nocturnes sur une émission d’ABC-TV devenue “Nightline” ont attisé les émotions angoissantes, qui n’ont fait que s’accumuler sur la colère et la honte ressenties par de nombreux Américains lorsque le Vietnam est tombé quatre ans auparavant. Qu’est-ce qui a provoqué ce nouveau cauchemar, qui semblait sortir de nulle part ?

Bien sûr, ce n’était pas le cas. La crise concernant les Iraniens retenant 53 Américains en otage n’était que l’acte culminant d’un drame qui se déroulait depuis des décennies, et c’est l’une des ironies les plus amères de l’ère moderne qui, même compte tenu de toutes les ressources et de l’immédiateté des médias modernes, les Américains le savaient peu de cette histoire en 1979, et peut-être pas encore.

C’est pourquoi le documentaire en deux parties de quatre heures de Robert Stone “Taken Hostage” (diffusé les 14 et 15 novembre sur PBS, puis sur PBS en streaming) est un correctif si bienvenu. C’est le deuxième des deux documentaires sur la crise des otages à arriver à la télévision américaine cette saison ; le premier, les «Otages» de quatre heures, est passé sur HBO en septembre. Les deux films valent bien votre temps. À certains égards, «Otages» offre un récit meilleur et plus détaillé de ces 444 jours douloureux, en partie parce qu’il consacre la quasi-totalité de ses quatre heures au sujet. Mais comme l’a noté la critique de l’émission par Brian Tallerico, sa première heure n’offre qu’un récit très sommaire de l’histoire de la crise. C’est ce qui rend les deux premières heures du film de Stone si importantes et révélatrices en comparaison : c’est le documentaire le meilleur, le plus complet et le plus clarifiant que j’ai vu sur la façon dont les actions américaines envers l’Iran à partir des années 1950 ont conduit à la tragédie qui entraînerait les deux pays dans 1979.

Le personnage clé au début est le Premier ministre iranien Mohammad Mossadegh, un homme vénéré par de nombreux Iraniens. L’Iran était sorti relativement indemne de la Seconde Guerre mondiale, même si ses énormes réserves de pétrole étaient contrôlées par les Britanniques. Après son arrivée au pouvoir en 1951, Mossadegh a décidé de nationaliser l’industrie pétrolière, un changement à la fois financier et symbolique et presque universellement soutenu par les Iraniens. Mossadegh est entré dans l’histoire en se rendant aux Nations Unies pour plaider en faveur de pays comme le sien contrôlant leurs propres ressources, une proposition audacieuse qui lui a valu d’être nommé Temps l’homme de l’année du magazine.

By 5int9