Le film suit Aisha (Anna Diop), une Sénégalaise travaillant comme nounou pour une jeune fille, Rose (Rose Decker), la fille d’un riche couple blanc (Michelle Monaghan et Morgan Spector) à New York. Ayant récemment déménagé en Amérique, Aisha se construit non seulement une vie dans un nouveau pays, mais travaille également à économiser de l’argent pour amener son jeune fils à l’étranger également. Il y a un sentiment poignant de perte dans le film, contrasté non pas par le gain d’une nouvelle maison, mais par la nouveauté d’une.

“Nanny” est visuellement frappant, en particulier dans son utilisation de la couleur. Les scènes d’Aisha chez elle, enveloppées de saturation et de motifs, s’opposent grandement à l’architecture froide et brutale de l’appartement du couple et de la ville qui l’entoure. Ses foulards brillants et ses vêtements traditionnels occasionnels sont un signe de chaleur, de souvenir et de la culture qu’elle a emportée avec elle aux États-Unis. L’éclairage du film restitue magnifiquement la peau noire, que ce soit dans ses scènes de lumière du jour ou ses séquences surréalistes percutantes.

Il y a un motif d’eau qui joue magnifiquement dans l’utilisation de la lumière et de la couleur, mais s’il est utilisé avec plus de parcimonie, il recevrait plus d’appréciation. L’eau est irrévocablement liée à l’état d’esprit d’Aisha en tant que représentation physique de la distance et métaphore conceptuelle de la noyade, mais ces séquences à base d’eau se produisent si souvent qu’à la troisième ou quatrième fois, leur impact est diminué. Avec un montage plus serré et une main plus perspicace, ces moments ressembleraient davantage à des déclarations qu’à des béquilles.

Les éléments d’horreur du film se sentent non seulement gênés par le budget, mais globalement apathiques. “Nanny” a une excellente partition atmosphérique, et cela aurait suffi à créer une tension sans l’inclusion de moments pauvres en CGI qui interrompent complètement la cinématographie par ailleurs solide du film. Si “Nanny” s’était moins concentré sur la case à cocher “horreur” et s’était plutôt attaché à son ton surréaliste réussi, il aurait semblé plus transparent. Enregistrer les éléments d’horreur pour la dernière partie d’un film n’est pas une stratégie inefficace, mais dans “Nanny”, ils se sentent sensiblement déplacés. L’impression qu’ils laissent est éphémère, et la majorité de ces moments se sentent jetés ou confus, tout comme l’organisation du film.

By 5int9