Peut-être pas tout de suite. “Avatar: The Way of Water” a du mal à trouver sa place au début, renvoyant les téléspectateurs dans le monde de Pandora d’une manière narrative maladroite. On peut dire que Cameron se soucie vraiment de la partie médiane de la construction du monde de ce film, qui est l’une de ses plus grandes réalisations, alors il se précipite à travers certaines des configurations pour arriver aux bonnes choses. Avant cela, nous rattrapons Jake Sully (Sam Worthington), un humain qui est maintenant un Na’vi à plein temps et partenaire de Neytiri (Zoe Saldana), avec qui il a fondé une famille. Ils ont deux fils – Neteyam (Jamie Flatters) et Lo’ak (Britain Dalton) – et une fille nommée Tuk (Trinity Jo-Li Bliss), et ils sont les gardiens de Kiri (Sigourney Weaver), la progéniture du personnage de Weaver du premier film.

Le bonheur familial est fracturé lorsque les “ gens du ciel ” reviennent, y compris une version avatar Na’vi d’un colonel Miles Quaritch (Stephen Lang), qui est venu terminer ce qu’il a commencé, y compris la vengeance sur Jake pour la mort de sa forme humaine. Il revient avec un groupe d’anciens soldats humains devenus Na’vi qui sont les principaux antagonistes du film, mais pas les seuls. “Avatar: The Way of Water” présente une fois de plus les humains militaires et destructeurs de planètes de cet univers comme ses véritables méchants, mais les motivations des méchants sont parfois un peu floues. À mi-parcours, j’ai réalisé que la raison pour laquelle Quaritch était si déterminé à chasser Jake et sa famille n’était pas très claire, à part le fait que l’intrigue en avait besoin, et Lang est doué pour jouer au fou.

L’essentiel de “Avatar : la voie de l’eau” repose sur la même question que Sarah Connor pose dans les films “Terminator” : se battre ou fuir pour la famille ? Courez-vous et vous cachez-vous du puissant ennemi pour essayer de rester en sécurité ou vous retournez et combattez le mal oppressif? Au début, Jake prend la première option, les conduisant à une autre partie de Pandora, où le film s’ouvre via l’une des obsessions de longue date de Cameron : H2O. Les acrobaties aériennes du premier film sont supplantées par des acrobaties sous-marines dans une région dirigée par Tonowari (Cliff Curtis), le chef d’un clan appelé les Metkayina. Lui-même père de famille – sa femme est jouée par Kate Winslet – Tonowari s’inquiète du danger que pourraient représenter les nouveaux visiteurs Na’vi mais ne peut pas les repousser. Encore une fois, Cameron joue avec des questions morales sur la responsabilité face à un mal puissant, quelque chose qui se reproduit dans un groupe de braconniers commerciaux de la Terre. Ils osent chasser des animaux aquatiques sacrés dans des séquences époustouflantes au cours desquelles vous devez vous rappeler que rien de ce que vous regardez n’est réel.

By 5int9