Fairytale of New York, actuellement en tournée au Royaume-Uni et en Irlande, est un concert de chants de Noël et de musique et danse traditionnelles irlandaises. Une soirée de style karaoké de chansons, le spectacle offre des moments divertissants dans un sens très traditionnel, mais il manque le raffinement et l’énergie nécessaires pour illuminer un grand théâtre du West End. Les numéros de danse sont charmants et, si la danse irlandaise est votre truc, vous apprécierez cette production. Les danseurs sont tous très forts dans leur discipline, et ils ont une grande complicité, qui s’entend dans le son rythmique rapide des pas de claquettes, tous…

Évaluation



D’accord

Une chanson de Noël qui fait du bien.

Conte de fées de New York, actuellement en tournée au Royaume-Uni et en Irlande, est un concert de chants de Noël et de musique et danse traditionnelles irlandaises. Une soirée de style karaoké de chansons, le spectacle offre des moments divertissants dans un sens très traditionnel, mais il manque le raffinement et l’énergie nécessaires pour illuminer un grand théâtre du West End.

Les numéros de danse sont charmants et, si la danse irlandaise est votre truc, vous apprécierez cette production. Les danseurs sont tous très forts dans leur discipline, et ils ont une grande complicité, qui s’entend dans le son rythmique rapide des pas de claquettes, le tout à l’unisson parfait. La qualité de la performance est élevée, mais la chorégraphie semble très conventionnelle et sans intérêt.

Musicalement, les interprètes sont très capables, mais l’arrangement de ces chansons bien connues est basique, ce qui rend la pièce longue et répétitive. Les moments de chant choral sont limités ; la plupart des chansons sont chantées par un individu, ce qui semble un gaspillage d’un grand nombre de chanteurs. À l’occasion, Conte de fées de New York apparaît plus comme un concert hommage qu’une pièce à l’identité originale. En effet, stylistiquement, les chansons sont chantées exactement de la même manière que l’interprète original les a chantées – un autre exemple d’un manque d’empreinte créative. Cela étant dit, les acteurs sont tous compétents sur le plan technique, mais un interprète remarquable était définitivement le charmant Meab Kennedy au violon.

Des clips vidéo assez grossiers de la campagne irlandaise sont intercalés entre les chansons : je suppose que cela est destiné à structurer la soirée, mais ils ressemblent plus à des pauses publicitaires. En général, ce serait plus clair si le spectacle décidait d’avoir un semblant d’histoire ou non. Lorsqu’il y a des moments de narration ou «dirigés», ils détournent l’attention de la musique plutôt que d’aider l’expérience et, bien qu’il y ait quelques sketches ludiques, ils se sentent tonalement dépassés dans leurs valeurs, en particulier en ce qui concerne le genre et le pouvoir sexuel.

L’ensemble manque de fluidité. Une ballade est suivie d’un singalong puis d’un numéro de danse, puis cette série se répète. Cette montée et cette baisse d’énergie deviennent fatigantes et une montée en puissance plus dynamique pourrait aider à maintenir la performance engageante.

Les éléments techniques sont bien exécutés, mais le design en général manque de créativité. Alistair Penman et Tom NicholsonLes éléments de son et d’éclairage de fonctionnent bien pour accompagner le chant, mais visuellement, le spectacle ressemble plus à une fête de Noël au bureau qu’à une performance du West End. La conception des costumes propose des robes de style concours de beauté identiques pour les femmes. Ce fait, ainsi que la distribution presque identique et non diversifiée, donne Conte de fées de New York l’esthétique d’un spectacle d’une époque révolue.

Dans l’ensemble, le spectacle est un jeu sûr en termes de choix de chansons, d’arrangements et de présentation générale et n’est donc pas mémorable ou même parfois engageant, mais il y a des moments de bon craic. Cela s’avère être une bonne nuit de Noël classique et d’airs irlandais. Cependant, un manque d’identité signifie que le spectacle est confus. Ni un concert ni une comédie musicale, la soirée n’est pas à la hauteur de son titre de «conte de fées» mais fournit une bonne vieille joie de Noël à l’ancienne.


Directeur créatif : Ged Graham
Directeur musical : Adam Evans
Chorégraphe : Leanne Kyte
Conception sonore : Alistair Penman
Concepteur lumière : Tom Nicholson

Fairytale of New York est en tournée jusqu’au 23 décembre. De plus amples informations et réservations peuvent être trouvées ici.



By 5int9