Bon, on était trois dans le public au final et c’est dommage car cette performance mériterait bien plus de visibilité. Blud, écrit par et interprété par Yan Toby-Amisi, est un récit émouvant, énergique et motivé du racisme qui touche chaque personne noire à Londres. Debout seul sur scène, Toby-Amisi raconte le récit de Daniel, un jeune homme noir né et élevé dans le quartier, et ses tentatives d’en sortir. En commençant par le bonheur innocent de ses années d’école, lorsque des amitiés se sont créées à partir d’un amour mutuel de la musique, des poulets et des insultes, il a été parfaitement…

Évaluation



Excellent

Une performance solo puissante qui, sans gadget ni tour de passe-passe, livre un récit convaincant de la trajectoire du racisme omniprésent dans la société contemporaine.

Bon, on était trois dans le public au final et c’est dommage car cette performance mériterait bien plus de visibilité. Bludécrit par et interprété par Yan Toby-Amisi, est un récit émouvant, percutant et motivé du racisme qui touche chaque personne noire à Londres. Debout seul sur scène, Toby-Amisi raconte le récit de Daniel, un jeune homme noir né et élevé dans le quartier, et ses tentatives d’en sortir. Partant du bonheur innocent de ses années d’école, où des amitiés se nouaient d’un amour mutuel de la musique, des poulets et des insultes, il oscille sans problème entre la prose et le rap, adoptant une multitude d’accents au passage. Le rythme créé est inspiré, le beat facilitant une empathie avec le public.

Il y a de l’humour à la naissance de la relation avec son meilleur ami, qui tourne au chagrin alors que la vie de ces deux jeunes garçons prend des chemins différents. Déterminé à s’améliorer, Daniel atteint les sommets vertigineux de l’université – “Russell Group pas moins” – seulement pour trouver le racisme incessant et insidieux écrasant et aliénant. Désespéré d’être de retour dans son propre quartier mais ne voulant pas y retourner, il présente au public une démonstration claire des barrières imposées aux jeunes hommes noirs à Londres aujourd’hui. Pendant une grande partie du récit, Daniel progresse : il a un bon travail, une femme et un fils qu’il aime beaucoup. Il a vaincu les restrictions que la société lui impose, mais un autre incident se produit, une autre agression injustifiée et injustifiée, et il se retourne. Et il y a des conséquences, qui ne sont en réalité que la conséquence d’être noir dans la société d’aujourd’hui.

La simplicité de l’éclairage fonctionne parfaitement : les changements de couleurs prononcés attirent l’attention sur les variations d’humeur et créent des personnalités variées pour Toby-Amisi. L’acteur lui-même est superbe : parfois innocent, parfois frustré, toujours tranquillement confiant. Il mijote à peine d’une colère complètement persuasive face à une injustice persistante.

Les questions soulevées par Toby-Amisi dans ce travail ne peuvent être nouvelles pour tout citoyen citoyen ayant la moindre conscience, mais la fluidité avec laquelle il construit son récit et la puissance de sa performance renforcent le caractère inévitable de cette trajectoire. C’est à la fois réconfortant et émouvant. La nature impuissante de la vie est douloureusement frustrante : la transition facile vers le port d’une arme parce que vous devez vous défendre, l’incapacité des communautés environnantes à voir comment leur comportement intolérant et aveugle crée et renforce « l’autre » et la séparation absolue d’avec « société » comme quelqu’un d’autre la définit. C’est un travail vraiment important qui résonne plus que jamais aujourd’hui. J’aimerais vraiment que plus de gens voient cela, des gens de tous âges et de tous horizons, car la reddition de comptes est désespérément en retard.


Écrit par : Yan Toby-Amisi

Blud joue au théâtre Etcetera jusqu’au 15 décembre. De plus amples informations et réservations peuvent être trouvées ici.



By 5int9