No Widgets found in the Sidebar


La campagne de “Modern Warfare II”, qui dure environ sept heures, plus ou moins, reprend avec les personnages de la version 2019, une partie de quelque chose appelé Task Force 141. Encore une fois, le récit d’un “Call of Duty” se déroule dans plusieurs pays, mettant en vedette diverses formes de méchants attendant de se faire tirer une balle dans la tête. Par où commencer avec cette histoire ? Voyons voir, il manque des missiles, que les pouvoirs en place pensent avoir été volés par un méchant nommé Hassan Zyani (Ibrahim Renno), qui travaille avec une organisation terroriste connue sous le nom d’Al-Qatala. Alors que votre équipe, comprenant les favoris des fans Ghost (Samuel Roukin) et le capitaine John Price (Barry Sloane), tente de retrouver les missiles, ils découvrent qu’un cartel de la drogue mexicain est également impliqué, dirigé par un mystérieux méchant nommé El Sin Nombre (le excellente Maria Elisa Carmago). Bien sûr, quelques Américains louches et quelques doubles croisements entreront en jeu. C’est un monde avec de nombreuses menaces et vous seul pouvez les éliminer, soldat.

Bien sûr, le récit peu profond ici n’est que le squelette sur lequel accrocher des séquences d’action explosives, dont certaines déchirent le réalisme d’une manière qui ferait réfléchir à deux fois tout cinéaste à succès. Le point le plus important est que des jeux comme “Call of Duty” peuvent s’en tirer avec des choses que même les superproductions les plus extrêmes ne peuvent pas, et ce n’est pas seulement à cause du budget. Une séquence comme la mission de convoi dans ce jeu – dans laquelle vous devez sauter de voiture en voiture pour continuer à poursuivre un cartel en fuite, laissant juste un carnage absolu dans votre sillage – détruirait toute suspension d’incrédulité nécessaire pour profiter d’un film d’action. Mais ces jeux ont poussé pour “plus gros, plus rapide, plus” à chaque épisode. Ils prospèrent sur le chaos.

En fait, le jeu faiblit le plus lorsqu’il se retire de cette énergie chaotique. Quelques missions furtives sont maladroites en termes de conception. Les gens ne jouent pas à “Call of Duty” pour se faufiler à la recherche des éléments nécessaires à la création d’un outil permettant d’ouvrir une porte verrouillée (et ramener ce mécanisme dans l’apogée du jeu est une véritable erreur). Et une mission où vous vous faufilez dans une maison du cartel semble à moitié cuite, comme si les développeurs gagnaient juste du temps avant de pouvoir faire exploser quelque chose à nouveau. J’ai également remarqué plus de pépins que d’habitude, y compris des ennemis qui se tenaient là et attendaient que je leur tire dessus. Pourtant, lorsque le jeu devient explosif, difficile de ne pas se laisser emporter par son élan impressionnant.

By 5int9