No Widgets found in the Sidebar


Le pompiste Somen Banerjee (Kumail Nanjiani), un Indien transplanté à Los Angeles vers 1979, rapporte de jolis profits à son patron, mais refuse une promotion afin d’ouvrir, avec ses économies, un club de backgammon. Les histoires d’immigrants se traduisent souvent par une réinvention, et Somen n’est pas différent : il fut un temps où il aurait sauté sur l’occasion d’un poste de direction, mais l’Amérique, plus Hugh Hefner, les magazines pour hommes et les publicités sur les montres de luxe, l’ont changé. La richesse est son objectif, mais la mobilité de classe ascendante l’est aussi. Le club de backgammon, avec l’aide du promoteur de club sleazetastic Paul Snider (une dynamite Dan Stevens, hélas limitée à un rôle d’invité), accueille des danses disco, des lutteuses de boue et peut-être le moins hygiénique de tous, des concours de consommation d’huîtres. Mais après un moment d’ampoule dans un bar gay, Banerjee crée le concept du danseur exotique masculin, du nom de l’un de ses héros, l’ébéniste britannique du XVIIIe siècle Thomas Chippendale. Dans ce club chic Hommes se tordent et se tordent en se débarrassant de leurs vêtements, tandis que femmes huez, hurlez et mettez de l’argent dans le string le plus proche. Mais le simple fait que des hommes se jettent sur les genoux des femmes rendrait le club de Banerjee pas différent d’un strip-tease miteux. Ainsi, en 1981, il engage le chorégraphe lauréat d’un Emmy Nick di Noia (Murray Bartlett) pour concevoir les routines de danse du club, sans lesquelles nous n’aurions pas les sketches Chippendales de Chris Farley sur “Saturday Night Live” ou la franchise “Magic Mike”.

On ne sait pas si Nanjiani n’a pas été inspiré par le matériel ou s’il n’avait tout simplement pas beaucoup d’informations sur Banerjee sur lesquelles fonder son portrait. Quoi qu’il en soit, sa performance est guindée, son langage corporel pratiquement stagnant. L’écriture pour Banerjee n’est pas assez forte pour équilibrer l’éloge de son sens des affaires – comme appeler pour signaler sa propre entreprise à une église de droite, puis avertir une station d’information locale lorsque les panneaux de piquetage apparaissent – avec la critique de son embauche raciste pratiques ni son attitude défensive lorsqu’il y est confronté. En fait, la série essaie souvent de jouer sur les deux tableaux, arguant que le racisme que Banerjee lui-même a subi l’a amené à créer un programme d’adhésion VIP discriminatoire, et que son exploitation d’Otis (un Quentin Plair sans faille, la vedette de la série), le Le seul danseur noir de la troupe, qui est trotté comme de la viande de sandwich aux clients mais qui ne figure pas dans le calendrier des pin-up Chippendales, n’était qu’un reflet de ce que les clients voudraient.

La véritable tête d’affiche de “Welcome to Chippendales” est Murray Bartlett. Après sa victoire aux Emmy Awards pour avoir joué un Basil Fawlty classé R dans la première saison de “The White Lotus”, Bartlett dépeint di Noia avec une sincérité dévastatrice. Bien que connu comme producteur de télévision pour enfants, le véritable amour de di Noia est la danse. La chorégraphie qu’il conçoit pour les danseurs des Chippendales est, oui, titillante avec succès, mais aussi éclairée par sa propre sexualité fermée et sa profonde solitude. Qu’il ondule son corps pendant les répétitions avec des danseurs en sueur ou qu’il pousse des cris tourmentés à propos de sa méfiance croissante envers Banerjee, Bartlett transmet la verve et la tristesse dans une égale mesure. Lorsque le courant sous-jacent d’instabilité de di Noia remonte enfin à la surface, lui et son patron entament une trajectoire de collision qui met fin à la fin de tant d’histoires de cupidité : faillite, meurtre, prison, suicide. Compte tenu de l’état actuel d’une certaine application de médias sociaux sur le thème des oiseaux, “Welcome to Chippendales” aurait pu être un bon endroit pour interroger la maladie qu’est le capitalisme. Les auteurs, malheureusement, ne sont pas intéressés.

By 5int9