Alger avec Zack de la Rocha | “Dégâts irréversibles”

Cela fait plus de deux ans que Zack de la Rocha de Rage Against the Machine est passé par les fouilles musicales d’un autre artiste pour établir une vérité en vers. La dernière fois, c’était “Ju $ t” de Run the Jewels en 2020. Il est réconfortant d’entendre un nouveau travail féroce de sa part, étant donné la fin triste et abrupte de la tournée de retrouvailles de Rage cette année après que de la Rocha se soit blessé à la jambe lors d’un concert à Chicago.

Mais même avec une légende parmi eux, le morceau appartient entièrement au défi du genre Alger. Fidèle aux racines d’Atlanta du groupe, cette vidéo lyrique nous emmène d’un horizon urbain lointain aux voies ferrées profondément symboliques et aux peintures murales emblématiques d’Outkast et de John Lewis. Leur prochain album, Secouésortira en février et comprend des contributions supplémentaires des rappeurs billy woods et Backxwash, ainsi que du troubadour local Lee Bains. (Photo ci-dessus par Ebru Yildiz.)

::

Upchuck | “Notre peau”

Récemment salué comme “ce groupe cool de Géorgie” par nul autre que Henry Rollins, le fougueux consortium de punk d’Atlanta, Dégueuler, ont simultanément atteint un autre échelon de poids cette année. Tout en parvenant à conserver leur authenticité DIY.

Le groupe de cinq musiciens, qui éclabousse, frappe et bat depuis quatre ans, comprend le chanteur Kaila “KT” Thompson, les guitaristes Spuzz Dangus et Hoffdog, le bassiste Armando Arrieta et le batteur Chris Salado. Ce single se trouve sur leur premier album, Sentez-vous, publié plus tôt cet automne. Pendant que vous regardez leur nouvelle vidéo, restez à l’écoute pour une apparition en un clin d’œil et vous allez la manquer par un musicien indépendant Faye Webster.

::

Bord dentelé | “La façon dont vous parlez”

Le quatuor R&B par excellence d’Atlanta a émergé sous le label So So Def de Jermaine Dupri avec leur premier album de 1997, Une ère en dents de scie. Ce seul titre d’album, pour quelque chose qui n’était littéralement que la première chose qu’un groupe avait sortie, a immédiatement annoncé au monde qu’il s’agissait d’un acte de confiance. Un acte, peut-être, prédestiné à sortir plus de 10 albums et à se produire ensemble pendant des décennies. (C’est précisément ce qui s’est passé.)

Ce qui est très spécial dans cette vidéo pour en faire notre morceau vintage de la semaine, c’est qu’il s’agit de la fin des années 90 aussi stéréotypée que possible. At-il Da Brat? Ouais. Danser comme une marionnette au milieu de la route ? Vérifier. Tous les costumes blancs sur une scène sonore rougeoyante et ambiguë ? Affirmative. Des couplets entiers assis sur une moto stationnaire géante avec une jolie jeune fille en remorque ? Blammo. Le fait est que malgré toute sa sensation esthétique de capsule temporelle, cette vidéo est également un peu glorieuse.

Avec ces voix beurrées, ce rythme accrocheur et certains échantillonnages musicaux étonnamment complexes, il s’avère qu’ils n’étaient ni déchiquetés ni énervés. Au lieu de cela, ils étaient lisses et polis à la perfection.



By 5int9