John Carpenter reste l’un des scénaristes / réalisateurs / producteurs les plus influents d’Hollywood, réalisant des films qui transcendent leurs genres respectifs et offrent le type de divertissement sublime dont le public a désespérément besoin de nos jours. Les images de Carpenter sont toujours uniques et ambitieuses ; débordant de créativité, d’idées novatrices, de personnages fascinants et de mondes complexes. Alors que bon nombre de ses concepts ont échoué, en particulier les efforts ultérieurs (c’est-à-dire Fantômes de Mars et Vampires), il est difficile de nommer un autre réalisateur qui a connu le genre de succès soutenu que Carpenter a connu tout au long de son début de carrière, à commencer par l’incroyable Assaut sur l’enceinte 13 en 1976.

Si vous n’êtes pas familier avec l’homme, voici cinq de ses œuvres les plus essentielles que tout le monde devrait probablement voir. Ensuite, lorsque vous êtes prêt à passer à autre chose, découvrez son œuvre restante et profitez davantage de la créativité sauvage de cet incroyable réalisateur.

La chose (1982)

Le génie de John Carpenter est pleinement exposé dans ce classique d’horreur de science-fiction terrifiant, grotesque et à l’humour noir sur un groupe de scientifiques combattant un extraterrestre qui change de forme dans un avant-poste éloigné de l’Antarctique. À la fois suspensif et révoltant – grâce à une multitude d’effets pratiques sensationnels – La chose se présente comme un cinéma monumental, un film qui élimine tous les appels à un divertissement agréable pour la foule et offre à la place suffisamment de terreur existentielle pour vous assurer que vous vous éloignez en vous interrogeant sur le sens de la vie elle-même.

La chose vous berce, vous choque, puis vous gifle avec un nihilisme lourd recouvert de seaux de sang et de sang. C’est une expérience cinématographique infernale que vous n’êtes pas près d’oublier, et elle met en vedette le toujours charismatique Kurt Russell en prime ! Il y a aussi le bonus de voir Wilford Brimley, le gars préféré de Quaker Oats, devenir fou. Sérieusement, ce film a tout pour plaire et reste le film le plus absorbant de la brillante carrière de Carpenter.

Halloween (1978)

Halloween peut avancer à un rythme lent pendant sa première heure, au cours de laquelle Michael Myers – l’homme, le mythe, la légende – navigue autour de Haddonfield dans un break à couper le souffle, mais lorsque notre «forme» masquée finit par assassiner le l’enfer d’un groupe de baby-sitters excitées (et leurs petits amis dopants) – y compris la charmante fille d’à côté Laurie Strode (Jamie Lee Curtis) – le slasher classique de Carpenter se lance dans un équipement d’un autre monde qui vous laisse ronger vos ongles comme du pop-corn.

Pas vraiment. Halloween est toujours effrayant (et bizarre) comme l’enfer, malgré sa sortie en 1978.

D’innombrables suites et contrefaçons ont dilué l’impact de la photo au fil des ans, mais le grand-père de tous les slashers reste le meilleur du groupe, ne serait-ce que pour ses qualités minimalistes – cette partition emblématique, les personnages et la configuration simplistes, les fatalités macabres. Pour souligner le facteur fluage, les intentions de Myers ne sont jamais entièrement expliquées – «Il est un pur mal», crie le Dr Loomis (Donald Pleasence) à maintes reprises à toute personne à portée de voix. Le tueur arrive en ville, assassine des gens et disparaît sans laisser de trace – il est comme le Boogieman, juste plus rusé. Il positionne souvent les cadavres de ses victimes comme des offrandes rituelles sur des lits, les range dans des armoires ou les cache dans des ombres d’où ils jaillissent au moment opportun pour effrayer le bejesus des passants sans méfiance comme des ouvriers dans un funhouse dément.

Halloween est un morceau absolument brillant du cinéma américain, et la preuve que parfois moins c’est définitivement plus.

Christine (1983)

La nouveauté de Christine réside dans son concept – l’idée que le meilleur ami de l’homme (sa voiture) pourrait finalement conduire à sa perte. Dans ce cas, l’adorable jeune nerd Arnie Cunningham (Keith Gordon) achète une Plymouth Fury de 1958 et succombe rapidement à son charme d’un autre monde. Littéralement. La voiture, voyez-vous, a un mauvais esprit qui lui est propre; celui qui séduit Arnie et, comme une sorte de bourdon dément, change sa vie pour le mieux. Du moins au début. Au fil du temps, Christine et Arnie deviennent de plus en plus attachés et instables, amenant les amants croisés en voiture (merci !) à faire la guerre aux intimidateurs locaux, aux petites amies sans méfiance et même au meilleur ami d’Arnie, Dennis (John Stockwell). Les gens sont écrasés, brûlés, écrasés et presque étouffés dans un film qui ravit et terrifie à la fois – l’image de Christine poursuivant lentement une victime alors qu’elle est engloutie par les flammes est le pur cinéma d’horreur à son meilleur.

Pourtant, malgré tout son suspense lent et sa brutalité, Christine tâtonne le ballon en route vers la perfection. Les acteurs qui portent la charge ne sont pas à la hauteur du défi et pataugent souvent dans les grands moments dramatiques. Nous ne nous lions jamais assez avec Arnie pour nous soucier de son changement soudain de personnage plus tard, et les Stephen King-isms autoritaires – c’est-à-dire les intimidateurs unidimensionnels, les hommes sexuellement frustrés et les points d’intrigue alimentés par la cocaïne – se sentent plus forcés que nécessaire.

Alors, pourquoi inclure Christine sur cette liste ? Parce que, malgré tous ses défauts, ses performances stupides et ses effets ringards, Christine reste pur, pur John Carpenter. Une grande partie de son travail a été conçu comme un simple divertissement de film B rempli de dialogues maladroits et d’une direction guindée. Christine embrasse ses attributs de genre et offre tout ce que l’on pourrait demander – des décors bien mis en scène, de véritables frayeurs et une bande-son méchante – mais s’attaque à un message indélébile qui vise la soif de l’Amérique pour des produits: dans un monde dominé par le consumérisme, vous en avez pour votre argent.

Gros problème dans la petite Chine (1986)

John Carpenter aimait se diversifier dans différents genres, offrant des goûts de Homme d’étoiles et le sous-estimé Mémoires d’un homme invisible par conséquent. Gros problème dans la petite Chine voit le maestro tester ses côtelettes comiques, et par Dieu, il livre l’un des films les plus divertissants (et étrangement attrayants) jamais assemblés.

Re-équipe avec Kurt Russell pour la quatrième fois en un peu moins d’une décennie, Carpenter mélange la fantaisie, l’action, la comédie et l’horreur dans une aventure énigmatique qui a dérouté le public lors de sa sortie mais a depuis (comme la plupart des productions de Carpenter) acquis un culte. À juste titre. Du début à la fin, Chine éblouit avec sa scénographie et ses costumes uniques, ses personnages hauts en couleur (Russell s’amuse à jouer à Jack Burton, un type John Wayne au grand cœur avec suffisamment de machisme pour alimenter une douzaine de films d’action) et des décors émouvants. Ce n’est pas aussi cool aujourd’hui que quand j’étais enfant, mais Gros problème dans la petite Chine contient encore suffisamment d’action, de romance, d’horreur et de rires loufoques pour constituer un incroyable divertissement de film B qui nécessite, non demandes à voir avec un grand bol de pop-corn. Sérieusement, c’est le type de film qui manque sur le marché d’aujourd’hui.*

À tout le moins, c’est l’une des rares images où Kim Cattrall est réellement tolérable, sinon tout à fait sympathique.

Évasion de New York (1981)



Sombre, sombre et violent, Évadez-vous de New York se présente comme l’un des films les plus durables de John Carpenter grâce à ses visuels merveilleux, ses personnages uniques et sa construction mondiale incroyable (pour sa production relativement modeste).

Pourtant, ce qui rend cette entrée de Carpenter pop, c’est le tour formidable de Kurt Russell en tant que Snake Plissken bourru et portant un cache-œil – le plus dur à cuire des durs à cuire et l’un des plus grands héros d’action à orner l’écran. L’homme est de la variété sans fioritures. Il ne reçoit d’ordres de personne, ne se soucie guère de personne et ne se lance dans une mission suicidaire pour sauver le président (Donald Pleasence) que lorsque son propre cul est en jeu.

Bien que les visuels dystopiques de mauvaise humeur n’aient pas bien vieilli, il y a un certain charme dans celui de New York des peintures mates somptueuses, des décors méticuleusement conçus, des voitures recouvertes de lustres et des rues urbaines denses parsemées de têtes sur pointes, de foules violentes et de breaks blindés. De plus, vous obtenez un casting incroyable qui comprend Lee Van Cleef, Ernest Borgnine et Harry Dean Stanton. Qu’est-ce qu’il n’y a pas à aimer?

Il peut ne pas apparaître comme certaines des œuvres les plus raffinées du genre, mais Évadez-vous de New York ravit toujours comme un contrecoup aux tarifs à gros budget et démontre l’incroyable talent de Carpenter pour le cinéma B-movie. Ignorez simplement la suite surproduite et tout ira bien.


*Pour être juste, l’incroyable Tout partout tout à la fois m’a donné du lourd Gros problème dans la petite Chine vibrations. Plus de ceci, s’il vous plaît.

By 5int9